Dans la lutte contre le paludisme, la Gambie fait figure de bon élève. Engagée dans un combat sans merci contre ce fléau depuis le début des années 2000, elle commence à récolter les fruits de ses efforts : le palu est tout bonnement en chute libre dans le pays. Déjà l’an passé, le Partenariat faire reculer le paludisme dressait un bilan flatteur des actions entreprises en Gambie.


Paludisme : le succès de la Gambie
Et pour cause, les autorités sanitaires locales ayant bien compris que seule la combinaison de plusieurs armes pouvait venir à bout de la maladie : distribution massive de moustiquaires imprégnées d’insecticide et introduction des nouveaux traitements combinés  en remplacement de la chloroquine, de moins en moins efficace. Sans oublier la formation de personnels soignants qualifiés, capables de quadriller l’ensemble du territoire.

Entre 2000 et 2008,  le nombre de décès a diminué… de 90% dans de nombreuses régions. « Ce constat est vraiment encourageant » estime le Dr David Conway de la London School of Hygiene and Tropical Medicine. « A tel point que nous envisageons désormais de retirer la Gambie de la liste des pays où le paludisme est endémique ».

Cet exploit laisse espérer une maîtrise réelle de cette maladie qui fait des ravages : plus d’un million de personnes en meurent encore chaque année à travers le monde. Et comme trop souvent, l’Afrique lui paie le plus lourd tribut, avec 800 000 enfants de moins de 5 ans décédés en 2006.
le Jeudi 4 Décembre 2008 à 12:06 | Commentaires {0}

Est-il normal de perdre ses cheveux et si oui, en quelles quantités ? Il existe bien sûr, des familles de chauves.


Pourquoi perd-on ses cheveux ?
Alors si le sujet vous angoisse, regardez bien vos proches et faites vos comptes. Car dans ces familles là, on sait bien qu’il y a une forme de fatalité et que tôt ou tard, il y aura un chauve de plus... L’inquiétude se manifeste plus volontiers chez celles et ceux qui tout à coup remarquent une chute importante de cheveux. Se l’exagèrent-ils? Ont-ils un vrai problème? En premier lieu, sachez qu’il est naturel de perdre une certaine quantité de cheveux tous les jours.

C’est une partie normale du cycle de la vie. Ainsi perdrions-nous quotidiennement de 40 à 100 cheveux, voire 200 après un shampooing vigoureux. Et ce n’est pas le moins du monde inquiétant. Toutefois, il y a aussi des cas où la perte des cheveux est anormale. Il s’agit de l’alopécie androgénique, ainsi nommée pour sa relation avec les hormones mâles. Lesquelles ont la propriété d’atrophier le bulbe capillaire. Elle a un caractère familial, et affecte surtout les hommes.

Ce qui ne signifie pas qu’elle épargne les femmes, même si elle est moins fréquente et moins prononcée chez ces dernières. Et puis, il y a toute une série de situations ou de maladies qui peuvent provoquer ce type de phénomène : une infection ou une maladie chronique sévère, une longue hospitalisation, certains troubles de la thyroïde, une dénutrition...

Et malgré ce qui vient d’être dit, des stress majeurs peuvent également provoquer une chute spectaculaire des cheveux. Mais ces derniers repoussent par la suite, comme dans l’alopecia areata qui, en une nuit, frappe à cause d'un dérèglement du cycle capillaire !
le Jeudi 30 Octobre 2008 à 19:37 | Commentaires {0}
Rédigé par Vivre Femme le Jeudi 24 Juillet 2008 à 15:26 | Commentaires {0}
1 2 3 4 5 » ... 407