Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Sahara

Sahara occidental: la Tanzanie élargit les fissures dans le camp pro-Polisario en Afrique de l’Est

Khalid Ibrahim Khaled



Le soutien dont bénéficiait jusqu’à présent le Polisario en Afrique se fissure sérieusement, en témoigne le soutien exprimé par la Tanzanie au processus mené par l’ONU pour parvenir à une solution politique à la question du Sahara occidental, alors que ce pays figurait il n’y a pas si longtemps dans le rang des Etats qui appuyaient inconditionnellement le mouvement indépendantiste soutenu par l’Algérie.

Il a fallu que le roi Mohammed VI du Maroc se rende en Tanzanie au cours de la dernière semaine du mois d’octobre, dans le sillage d’un déplacement similaire au Rwanda, pour que le mur pro-Polisario en Afrique de l’Est commence à se lézarder dangereusement, au grand dam du régime algérien.

Le communiqué conjoint publié à l’issue de la visite du roi du Maroc à Dar es Salam a fini par enterrer tous les espoirs nourris par les généraux à Alger pour le maintien de la Tanzanie dans le dernier carré des pro-Polisario en Afrique de l’Est. Le document précise que le président Tanzanien, John Pombe Joseph Magufuli, fait part du soutien de son pays au processus mené par l’ONU afin  de parvenir à une solution juste, durable et mutuellement acceptable à la question du Sahara.

Le président tanzanien a, dans la foulée, exprimé le soutien de la Tanzanie à la décision du Maroc d’intégrer l’Union Africaine (UA). John Pombe Joseph Magufuli s’est dit, en outre, prêt à soutenir l’admission du Maroc dans sa famille institutionnelle panafricaine dès le prochain sommet de l’UA prévu en janvier 2017.

Une précision qui sonne comme un pied de nez aux atermoiements de Nkosazana Dlamini-Zuma, la présidente pro-Polisario de la commission de l’UA. L’ex-épouse du président sud-africain retarde en effet, intentionnellement, la distribution de la demande d’adhésion du Maroc aux Etats membres de l’organisation panafricaine, alors que la demande lui a été remise le 22 septembre dernier.

Les tergiversations de Dlamini-Zuma ont d’ailleurs fait l’objet d’un entretien téléphonique entre le roi du Maroc et le président tchadien, Idriss Déby Itno. Ce dernier, en sa qualité de président du prochain sommet de l’UA, a promis de faire le nécessaire.

SOURCE