Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Rapports I Etudes

Les maladies auto-immunes systémiques, cette 4ème grande cause méconnue mais importante des affections cardiovasculaires

LE CŒUR DANS TOUS SES ÉTATS

Dr Moussayer Khadija



Les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité mondiale, en représentant 31% de la mortalité totale. Le premier moyen de réduire cette mortalité passe par une lutte contre certains comportements et habitudes comme le tabagisme, l’alcoolisme, la sédentarité et la « malbouffe ». 

Si classiquement, ces pathologies sont largement liées à l’hypertension artérielle, au diabète, et à l’obésité, une partie significative des atteintes cardiovasculaires échappe à ce type d’origines et découlent d’autres pathologies encore méconnues du grand public, les maladies systémiques. Ce sont des affections susceptibles de toucher plusieurs organes à la fois, la plupart d’entre elles étant elles-mêmes des maladies auto-immunes. Ces dernières proviennent d’un défaut de fonctionnement de notre système immunitaire qui se met à attaquer nos propres organes alors qu’il est chargé normalement de nous protéger des virus, des bactéries et autres agressions.  

Ces maladies sont nombreuses comme : le lupus systémique, la polyarthrite rhumatoïde, la spondylarthrite, la sclérodermie, la maladie de Gougerot-Sjögren, la maladie de Behçet etc. 

Ces pathologies auto-immunes constituent un grave problème de santé publique du fait de leur poids économique et humain : 3ème cause de morbidité dans le monde après les maladies cardiovasculaires et les cancers, elles touchent en effet environ 10 % de la population mondiale et occupent le deuxième ou troisième poste des dépenses de santé dans la plupart des pays 
Même si ces affections ont des symptômes et des signes cliniques différents, l’attaque des vaisseaux sanguins constitue un de leurs points communs, aussi bien, selon les cas, des grosses artères que des plus petits vaisseaux. Elle donne une inflammation des parois des vaisseaux et la constitution de caillots sanguins, se traduisant, différemment selon le territoire atteint, par un infarctus du myocarde, un accident vasculaire cérébral, une insuffisance rénale, une nécrose d’une partie des intestins ou de la peau, une perte de la vision, une phlébite ou une gangrène d’une partie d’un membre… 

Toutes ces atteintes sont encore trop souvent mortelles au Maroc alors qu’elles pourraient parfaitement être détectées grâce à un ensemble de techniques d’investigations relativement récentes : IRM cardiaque, PET-scan, tests et analyses biologiques divers. Ces outils ont encore malheureusement le défaut d’être coûteux. Un traitement précoce associant les médicaments spécifiques des atteintes cardiovasculaires et ceux de la maladie principale permet ensuite de maitriser la situation des patients. 

Au-delà de ces aspects techniques, les enjeux sont aussi de sensibiliser les personnes atteintes de ce type de maladies aux signes annonciateurs de ces complications cardiovasculaires (douleurs thoraciques, fourmillements, engourdissement d’un membre, douleur abdominale, perte temporaire de la vision…). 

Tous les aspects de cette problématique ont été débattus à Casablanca, le 26 novembre 2016, lors de la 4ème journée scientifique annuelle de l'association des médecins internistes du Grand Casablanca (AMICA), présidée par le Pr Elkabli. Cette rencontre a fait notamment l’objet d’interventions de spécialistes qui font autorité dans ce domaine, notamment français, les Pr Cacoub, Guillevin, Hachulla et Mouthon. 

Dr Khadija Moussayer 
Secrétaire générale de l’AMICA 


LA MEDECINE INTERNE : UNE SPECIALITE PEU CONNUE 

« La médecine interne est la spécialité des démarches diagnostiques difficiles et de la prise en charge des adultes souffrant de polypathologies ou de maladies générales, avec une prédilection pour les maladies systémiques et les maladies auto-immunes en général. Un médecin qui pratique la médecine interne s'appelle un interniste » (Source Wikipedia) 
Cela amène les spécialistes en médecine interne à diagnostiquer et soigner, de façon transversale, des pathologies touchant un ensemble de domaines médicaux très divers (cardiologie, diabétologie, rhumatologie, pneumologie, endocrinologie, dermatologie, néphrologie, neurologie etc.). 
La médecine interne répond enfin par nature à l'ensemble des problèmes de santé des personnes âgées.