Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Analyses

Le changement climatique, un tournant dans l’histoire de l’humanité

La COP22, de la décision à l’action

Mostafa KHEIREDDINE



Mostafa KHEIREDDINE
Mostafa KHEIREDDINE
Avec l’entrée en vigueur ce 04 novembre 2016 du protocole de Paris qui a pour objectif principal de faire face au défi posé par les changements climatiques, c’est l’humanité qui en sort gagnante pour aller vers des établissements humains et des milieux de vie durables.

Résultat de plus de deux décennies de négociations internationales sur la lutte contre les changements climatiques, cet accord, en vertu duquel, tous les Etat qui l’ont ratifié dont les Etats Unis, la Chine, l’Inde et l’Union Européenne ont l’obligation de maintenir le réchauffement climatique à moins de 2°c. C'est ce que les scientifiques considèrent comme la limite de la sécurité, au-delà de laquelle le changement climatique est susceptible de devenir catastrophique et irréversible.

Au-delà de la symbolique de l’entrée en vigueur, importe-il de souligner que si les restrictions imposées par l’accord de Paris ne sont pas contraignantes, en revanche, le cadre de l'accord, qui comprend un mécanisme pour évaluer périodiquement ces promesses, est contraignant.

La COP22, une conférence de l’action

Placée sous le signe de l’action, la COP22 de Marrakech sera un ‘’trait d’union entre la décision et l’action’’. Et à l’occasion de cet événement planétaire prévu à la ville ocre du 07 au 18 novembre 2016, les Etats mettront les bouchées doubles pour adopter une feuille de route sous forme d’actions concrètes capables à même d’atténuer les effets dévastateurs des changements climatiques.

Aussi, les gouvernements doivent-ils s'efforcer de planifier les étapes pratiques de la feuille de route et de définir comment le financement climatique peut réellement atteindre les populations des pays les plus pauvres et les plus vulnérables.

A charge de notre gouvernement, outre d’emprunter la voie des énergies renouvelables, de concevoir, dans un cadre d’intelligence collective, des projets capables à même d’être financé par les instruments qui seront dédiés et d’impulser une dynamique d’appropriation et de conscientisation pour parer la menace existentielle du changement climatique.

Espérant que ‘’l'humanité se tournera vers ce 4 novembre 2016 comme le jour où les pays du monde fermeront la porte sur une catastrophe climatique inévitable et déclencheront avec détermination vers un avenir durable’’ comme l’ont souligné Patricia Espinosa, chef climatique de l'ONU, et Salaheddine Mezouar, ministre des Affaires étrangères du Maroc.

Mostafa KHEIREDDINE
Urbaniste senior/Université de Montréal
Chercheur en sciences de la ville