Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Chroniques

Le MUR de la honte

Farid Mnebhi



Moulay Omar Ben Hamad et Fatima Najjar, respectivement 1er et 2ème vice-présidents du MUR « Mouvement pour l’Unification et la Réforme », aile religieuse et bras idéologique du Parti de la Justice et du Développement (PJD), à la tète du Gouvernement, ont été arrêtés par la police, le 20 août 2016, près de la plage d’El Mansouria, dans la région de Mohammedia, à une trentaine de kilomètres de Casablanca, en flagrant délit d’adultère, alors qu’ils se livraient à des ébats sexuels à bord d’un véhicule.

Ces deux cadres dirigeants du MUR ont été présentés à la justice, au lendemain de leur arrestation qui a ordonné leur poursuite en liberté ; la date de leur procès a été fixée au 1er septembre 2016.

Ce scandale sexuel vient mettre à nu le discours moralisateur des dirigeants du MUR/PJD et dévoile clairement une vertu de façade dont cette mouvance islamiste se prévaut et veut en tirer un prestige indu auprès de la société marocaine.

On rappellera que Fatima Najjar, mère de 06 enfants, est la veuve d’Abdeljalil Al Jasni, décédé en 2015, membre du bureau exécutif du « MUR » et de « l’Union Mondiale des Oulémas Musulmans ».

Ironie du sort, Fatima Najjar, qui anime des causeries religieuses, a fustigé, à plusieurs reprises, les liaisons amoureuses hors mariage, un discours vertueux dont elle se gargarisait sur les réseaux sociaux.

Pour sa part, Moulay Omar Ben Hamad, père de 07 enfants, professeurs d’études islamiques à la Faculté de Lettres de Rabat, est l’un des principaux promoteurs de l’Association « Dar Al Coran » dont l’activité est l’apprentissage du Coran aux enfants. Il prêche également, lors des prières du vendredi dans des mosquées à Mohammedia et à Meknès.

Grande hypocrisie, il avait, lui aussi, dénoncé avec force, dans un prêche en 2003, la prolifération de la dépravation sur les plages ainsi que le phénomène de la prostitution. Dans d’autres prêches, il dénonçait violemment l’adultère et louait, par ailleurs, la rectitude morale et la probité qui échoit à tout bon musulman. Comment ne pas être choqué, de plus, lorsqu’on sait que ce bon musulman, Moulay Omar Ben Hamad, était un ami intime d’Abdeljalil Al Jasni !.