Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Analyses

Le "11 septembre 2001" : nouvel ordre identitaire mondial

Béligh Nabli



De même que le XXe siècle s’ouvre avec le déclenchement de la Première guerre mondiale, les attaques terroristes du 11 septembre 2001 ont marqué l’entrée historique dans le XXIe siècle. La portée symbolique de l’évènement est exceptionnelle : l’hyperpuissance américaine est frappée sur son propre territoire, en plein cœur de New York et de Washington, sur des « sites-cibles » phares de sa puissance financière (les tours jumelles du World Trade Center) et militaire (le Pentagone). Toutefois, l’attaque perpétrée par Al-Qaida et ses conséquences marquent moins un basculement de l’ordre mondial que l’accélération de mouvements qui étaient déjà perceptibles : déclin américain, globalisation du terrorisme islamiste, valorisation du discours du « choc des civilisations ».

Depuis cette date, la figure de l’Arabo-musulman incarne plus que jamais l’ennemi symbolique et stratégique de l’Occident. Une perception étayée par la thèse du « choc des civilisations », développée par le politologue américain Samuel Huntington, selon laquelle l’ordre du monde tient à un conflit de systèmes de valeurs dans lequel la civilisation islamique menace l’Occident. Tenants de cette théorie, les néoconservateurs américains ont exploité l’évènement avec cynisme pour justifier une invasion militaire de l’Irak. Dans un contexte post-11 Septembre propice au réflexe vengeur et à la rhétorique manichéenne du « bien contre le mal », le président Bush et le Premier ministre britannique Tony Blair ont engagé leurs armées, imposé leur vision du monde reposant sur la Machtpolitik et la violence. L’opération « Liberté pour l’Irak » est une tragédie politique et humaine : si le tyran Saddam Hussein a chuté, c’est l’Etat et le peuple irakiens qui ont sombré dans le chaos. Le désordre mondial post-septembre c’est aussi le caractère impensable d’un quelconque procès pénal international à l’encontre du duo Bush-Blair, ce même si l’Histoire les a déjà condamnés…

Ironie de l’histoire, cette intervention militaire qui prétendait vouloir exporter la démocratie est à l’origine de la naissance d’une créature djihadiste plus destructrice encore qu’Al-Qaida : Daech. L’ « Etat islamique », organisation terroriste aux prétentions califales, frappe indistinctement les mondes arabe, musulman et occidental. Une violence qui se déchaîne sur fond de montée d’idéologies identitaro-nationalistes dans le monde. La montée des diverses variantes de l’islamisme en est une manifestation spectaculaire, mais ce n’est pas la seule, loin s’en faut. Un national-populisme teinté de xénophobie agite les démocraties occidentales américaines, européennes, indienne ou encore israélienne.

Les réactions identitaires suscitées par la globalisation trahissent aussi un profond désenchantement. La globalisation heureuse et la consécration universelle de la « démocratie de marché » (F. Fukuyama) s’avèrent illusoires. (…..) Le sentiment de vide s’explique notamment par l’absence de perspective, de transcendance face à une offre politique qui se résume aux lois du marché. (…). Convaincu de sa propre existence, l’Occident doute de l’universalité des valeurs humaines, craint aussi sa propre fin, du moins son déclin. Le sentiment d’être « en danger » ou d’être menacé par la civilisation islamique alimente la montée en puissance d’une idéologie « occidentaliste ». Outre une remise en cause de sa centralité géopolitique, l’Occident a perdu sa capacité à produire un récit universel. Pis, il se retrouve lui-même en quête de sens, de spiritualité, de sacré, de valeurs structurantes, autant de substrat que ne créé pas encore notre monde globalisé.

Béligh Nabli
DIRECTEUR DE RECHERCHE À L'IRIS


L'Economiste maghrébin

Béligh Nabli
Béligh Nabli

Béligh Nabli - L'Economiste maghrébin

Béligh Nabli est universitaire, enseignant-chercheur en droit public. Directeur de recherche à l’IRIS, ses travaux portent sur des sujets politiques, institutionnels et juridiques.
Après avoir obtenu le Certificat d’Aptitude à la profession d’Avocat (CAPA), et au terme de ses études doctorales à l’Institut Universitaire Européen (Florence),
il a obtenu un doctorat en droit. Sa thèse portait sur : « L’exercice des fonctions d’Etat membre de la Communauté européenne » (publiée chez Dalloz, 2007).
Une réflexion sur l’Etat prolongée récemment par un ouvrage co-signé sur « Le droit français de l’intégration européenne » (LGDJ, 2015).
Il est également titulaire : d’un DEA en droit public interne (Paris I Panthéon-Sorbonne), d’un DESS de droit européen (Paris I Panthéon-Sorbonne) et d’un certificat de recherche approfondie de l’Institut des Hautes Etudes Internationales (Paris II Panthéon-Assas).
Outre l’espace franco-européen, ses travaux portent également sur la géopolitique du monde arabe.
Il a ainsi signé successivement « Comprendre le monde arabe » (Armand colin, 2013) et « Géopolitique de la Méditerranée » (Armand Colin, 2015).
Il enseigne enfin les « Questions européennes » et les « Questions internationales » à Sciences Po Paris.