Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Chroniques

La presse russe relance la rumeur sur un intérêt du Maroc pour un submersible et des avions russes

Adam Sfali


Moscou : Le site russe Izvestia, qui rapporte ces informations, citent des sources médiatiques marocaines et une supposée source dans la construction navale russe.


En effet, après avoir, deux ans durant, bombardé la toile d’informations, jamais vérifiées ni réalisées, sur de supposés intérêts du Maroc pour l’acquisition de sous-marin russe Amur-1650, ou d’un sous-marin italo-russe, de type S-1000, une certaine presse russe, reprise par des sites marocains, a relancé les rumeurs sur l’intérêt du Maroc pour un nouveau type de submersible russe et a poussé encore plus cette fois, en indiquant que le Maroc s’intéresserait aussi à des avions bombardiers de fabrication russe. 

Le site russophone, Izvestia, citant des sources médiatiques marocaines, et une source dite, au sein de la construction navale russe, a avancé que le royaume serait en consultation avec une partie russe, pour discuter d’une éventuelle transaction d’achat par laMarine Royale, d’une version downgradée d’un sous-marin russe, de type Lada. Et les FRA, ajoute Izvestia, seraient intéressées par l’avion bombardier russe, Sukhoi Su-34. 

Le site Izvestia a dit avoir consulté des experts russes sur la faisabilité de tels projets, notamment l’acquisition par le Maroc de sous-marin russe. Ces experts ont expliqué qu’un pays comme le Maroc, dans les conditions économiques et les niveaux technologiques qui sont les siens, il lui serait extrêmement difficile, voir inenvisageable, que de tels achats puissent se réaliser et qu’il lui faudrait attendre 2020 voir plus, pour pouvoir imaginer de tels projets militaires. 

A rappeler que nombreuses étaient les suppositions que la visite royale en Russie, allait connaitre la conclusion de gros contrats d’armements entre le Maroc et la Russie. Le Roi Mohammed VI s’est effectivement rendu à Moscou en mars dernier, et aucune de ces prétendues transactions militaires, n’étaient réalisées.