Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Chroniques

L’avis de l’avocat général de CJCE marqué par une terminologie trompeuse et une omission des accords de Madrid abouti à une idée colonialiste

Latif OUBELLA



L’avis de  l’avocat général de CJCE  marqué par une terminologie trompeuse et une  omission des accords de Madrid ratifié par le parlement espagnol en 1975,  est destiné aboutir  à  l’idée colonialiste que  c’est aux  européens de décidé du sort des pays maghrébins.

I. Les européens contraints de reconnaitre la supercherie du doublon algérien
L’avocat général a confirmé dans son avis qu’il y a bien eu une supercherie autour de la qualité du doublon algérien pour représenter les intérêts des populations des provinces du sud.

Cette volteface s’explique par l’erreur grossière des premiers juges d’avoir réceptionné la plainte du doublon algérien. S’exposant à des milliers de plaintes d’autres organisations fantoches dans le monde, les premiers juges n’ont pas compris que leur erreur ruinait les intérêts économiques, politiques et stratégiques de l’Europe (il existe par exemple plus d’une centaine de conflits territoriaux et frontaliers dans le monde).

II. Contenter le régime algérien par de la phraséologie hostile au Maroc.
A travers une phraséologique hostile au Maroc, l’avis émis par de l’avocat général de CJCE est destiné à contenter le régime algérien.

Ainsi, alors qu’Hergé reconnaissait dès 1941 le Sahara marocain en publiant « le crabe aux pinces d’or » aventure de Tin-tin qui se déroule dans les provinces du sud et à Casablanca. L’avocat général d’origine Belge vient contester la souveraineté du Maroc en créant sa propre terminologie tel que « peuple du Sahara occidental » ou l’emploi du terme de « Sahara occidental », terme qui n’a aucune réalité, portée ou signification pour le Maroc. La terminologie utilisé par l’Onu, organisation à laquelle le juriste veut se référer est « populations du Sahara occidental » or la population des provinces du sud est marocaine. L’administration européenne peut facilement le constater à travers la délivrance des visas et l’identité des bénéficiaires originaires des provinces du sud.

Cependant, contester la souveraineté du Maroc sur une partie de son territoire permet à des parties européennes hostiles de contenter le régime algérien et de protéger d’importants contrats juteux (énergétiques et industrialo- militaire).

III. L’avis de l’avocat général abouti à une idée colonialiste: aux européens de décidés du sort des pays maghrébins.
L’idée que tente de faire passer le Belge est que c’est aux Européens de décidés du sort des pays du Maghreb. Ainsi, alors que le Belge remet en cause la souveraineté du Maroc sur son territoire, il en appel à un rôle que devrait jouer l’ancien colonisateur Espagnol, tout en omettant l’existence des accords de Madrid.

Latif OUBELLA
Acteur associatif, membre de la tribu sahraoui Aït Brahim (confédération tribale Tekna), militant pour le réseau ferroviaire des provinces du sud.