Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Analyses

L'Inde: Émergence Économique, Technologie de Pointe et Misère Sociale Encastrée

Dynamisme Économique, Rigidité Institutionnelle et Immobilisme Social en Inde

Dr. Said El Mansour Cherkaoui


La Contradiction du Libéralisme Démocratique dans son summum d'injustice et d’inégalité extravagante basés sur un héritage social de castes, de soumis par la superstition et les animalités religieuses et de cultes et opprimées par le pouvoir de l'argent et de la division ethnique et renforcée par le colonialisme et l’impérialisme anglais, le premier pays colonialiste et impérialiste et industrialisant ainsi que capitaliste qui a façonné les détails subcapitalistes de la domination des classes possédantes sur le reste de la société, a ajouter aussi l'exploitation de la peur harmonisée par l'existence de l'ennemi intérieur et l'ennemi extérieur de Hindouisme qui est ici en Inde identifié dans le Pakistan et on a la recette de ce que j'analyse dans cet article:


Dr. Said El Mansour Cherkaoui
Dr. Said El Mansour Cherkaoui
L'Inde, Dynamisme Économique et Immobilisme Social:

Un développement réel et durable ne peut se réaliser sans le coté social. L'Inde est l'exemple parfait du Mal-développement durable dans sa négation du social et le carrousel distribuant les positions de force et existant dans la sphère dirigeante maintient cette rigidité et cet immobilisme social tout en favorisant une extraction d’élites technologiques a l'image des technocraties qui émergeaient sous les régimes dictatoriaux militaires.

L'Inde se fait prévaloir comme étant la plus grande démocratie par ce monde aux yeux des investisseurs étrangers et auprès de ceux qui sont les clients de son offshore activités et industries. Alors qu'en réalité, la classe dirigeante de l'Inde est issue d'un régime colonial de type féodal, ayant mis a l’écart les Khan et les Maharadja grâce a sa consolidation par la Grande Bretagne et les Compagnies Privées de Commerce Anglaises, qui dans toute leur histoire voulaient seulement exploiter les richesses locales sans toucher a la structure de la domination politique et sociale du pays.

C'est cette "Grande Bourgeoisie" formée aux écoles techniques mise en place par Nehru et au niveau des affaires dans les cercles formateurs et universitaires made by the British et par la suite aux USA. En fait, les ingénieurs étaient fait maison, alors que les dirigeants des affaires made in USA tandis que les politiciens et les administrateurs étaient made in Great Britain, alors que l'approvisionnement de l’armée était made in Moscou et France pour réduire l'impact des British dans la formation des élites militaires pour mieux confronter les défis régionaux qui pouvaient aussi se prévaloir d'une assistance britannique.

Dans cet imbroglio et cet labyrinthe politico-économique sous-adjacents au profit des classes dirigeantes et régnantes en Inde, une dispute régionale prit la relève au conflit des intérêts internes. La situation géo-politique de l'Inde par rapport a la Chine, l'Afghanistan et surtout le Pakistan/Cachemire a donné l'opportunité a la diversité des classes gouvernantes d'avoir une soudure nationaliste et des réflexes d'auto-préservation du système de leur domination et de légitimer leurs acquis et leurs privilèges comme de naturelles récompense de leurs défenses de l’indépendance et de l’intérêt suprême de la nation indienne qui en réalité et dans sa vaste majorité reste déchirée, engloutie dans des castes misérables et disparates et cela a tous les niveaux de l'expression de l'appartenance nationale.

Cette dichotomie conflictuelle de la société indienne a imposé a ceux qui détiennent le pouvoir de transformer la démocratie en une dynastie élective qui est déterminée par ceux qui arrivent les premiers a prendre et exercer le pouvoir pour ne plus le lâcher.

Ces occupants du pouvoir en Inde utilisent le système de la porte tournante et virevoltante par laquelle seuls les Sahibs et eux-mêmes par la suite ont accès et surtout peuvent utiliser actuellement les retombées du Nationalisme Indien hérité de la Dynastie de Jawaharlal Nehru et sa descendance a travers Indira Ghandi. En effet, la succession presque orchestrée par une combinaison successive de l'utilisation du nom vénéré de Ghandi, par la rotation du même lignage familial et par la revendication d'une appartenance idéologique similaire ont toutes favorise et aide a la domination de la sphère du pouvoir de l'Etat Central Indien.

Cette usurpation fut doublée d'une ouverture pseudo-libérale des grands secteurs de l’économie et une adaptation économique aux nouvelles données internationales. La combinaison de ces symboles dans un pays largement superstitieux et fataliste dans sa culture populaire de masse canalisa l'alternance des mêmes dirigeants tout en contribuant directement depuis l’indépendance jusqu’à nos jours, a octroyer a la même caste dirigeante de détenir et de réussir le coup de force de détourner a son propre profit et a son nom les réalisations nationales. Il n'est point étonnant de trouver dans un tel environnement dualiste que même l’aéroport de New Delhi porte le nom de Indira Ghandi.

Émergence de Classes Moyennes Dirigeantes et Développement du Consumérisme Global:

Un détournement socio-institutionnel fut mis a profit par la même classe dirigeante depuis l’indépendance qui lui permit de s'octroyer la faculté de créer ou d’élargir de nouvelles bases sociales pour elle-même et pour tout nouveau pouvoir central et ceci sans altérer l'immobilisme pour la grande majorités des composantes sociales de l'Inde. De ce fait, la structure du pouvoir en Inde reste une association d’intérêts de classe dirigeante avec les aspirations des élites sociales et technocratiques issue d'un dirigisme économique et d'une obstruction sociale omniprésente même au niveau de l'expression politique et représentative.

En effet, les dirigeants de l'Inde pouvaient ainsi façonner la classe au pouvoir en recrutant sélectivement leurs propres et directes bases sociales notamment en favorisant a cet égard toutes les décisions et les mesures économiques allant dans l'imitation de l'occident au niveau de l'expansion des classes moyennes et au niveau de la consolidation de l'appropriation des secteurs clés de l’économie par les rejetons de la même classe politique dirigeante.

Dans un tel environnement ambivalent, les progrès économiques restent malgré leurs réalisations scientifiques et commerciales, elles demeurent limitées dans leur réalisations sociales et restent profondément ancrée et enracinées dans le Mal-Développement Durable.

Dans un tel cadre, toute secousse économique telle qu'une crise d'envergure même régionale ou sectorielle peut faire des dégâts irrémédiables a ce modèle d’économie émergente et peut entraîner toute une série d'ajustements draconiens avec une intervention musclée de l'Etat au détriment du secteur privé qui est actuellement le porteur de la croissance économique.

Dans cette optique et telle que ce qui est arrivé a la Chine, l'Inde par ses faiblesses structurelles et ses antagonismes sociaux, peut être la prochaine cible sous d'autres prémisses et avec de différentes conséquences mais pouvant intérioriser les mêmes effets sur son économie émergente encore a la recherche d'une affirmation internationale au niveau des échanges commerciaux et des partenariat financier. En effet, la Chine continue de nos jours a lutter contre et a confronter une brusque et brutale dépression boursière, des incertitudes financières doublées de dévaluations monétaires. causant ainsi un refroidissement de toute les activités économiques tournées vers l’extérieur.

En cela, les fluctuations et la difficulté d'avoir une reprise économique continue en Chine peut s’avérer dans le cas de l'Inde plus désastreuse pour l'Inde vu la longue période de l'insertion de l’économie indienne dans le système capitaliste périphérique, ses hésitations vis a vis du globalisme occidental et vu l'adjacent immobilisme social qui caractérise ce pays depuis des siècles.

Enfin, le low-profile arborée par des entrepreneurs indiens et des classes moyennes lors de meetings internationaux, est en fait leur marque de prestige et il est typique des classes dirigeantes en Asie surtout dans les pays ou une vassalité du reste de la société leur est assujettie. C'est un comportement qui veut envoyer le message que tous les individus de leur société ont la même origine et il n'y a rien a réclamer de sensationnel ou d'arrogant. De même, ils veulent exprimer qu'en Inde, la différentiation se mesure seulement au niveau de la réussite sociale acquise et non a partir de la prédestination dans la stratification sociale préméditée.

Dr. Said El Mansour Cherkaoui,
Email: saidcherkaoui24@gmail.com