Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Chroniques

Installation des banques islamiques au Maroc (alternatives) : quel apport pour les PME ?

Adraoui Mohamed



Adraoui Mohamed
Adraoui Mohamed
La finance islamique pourrait apporter une valeur ajoutée à la petite et moyenne entreprise, En effet la question de financement constitue encore une entrave majeure qui caractérise les PME au Maroc, l’insuffisance des fonds propres en est un complexe primordial auquel les entrepreneurs doivent apporter des solutions. Face à cette situation le financement bancaire classique reste la bouée de secours disponible. Les banques marocaines exigent des garanties et les taux d’intérêt appliqués restent élevés par rapport à la structure financière des PME qui souffrent aussi d’un traitement inéquitable comparée à la grande entreprise. Notons au passage que l’entrée de nouvelles banques dans le marché pourra réellement ouvrir de nouvelles opportunités de financement aux PME. 

Les formules proposées par les banques islamiques (alternatives) peuvent rendre la relation « banque-PME » plus équitable car la banque sera un véritable partenaire (principe des 3P) et non pas un simple intermédiaire. De plus les banques islamiques vont apporter leur expertise afin d’accompagner les PME, On peut rajouter aussi le fait que la diversité en matière de produits de la finance islamique va bien évidement encourager les jeunes porteurs de projets , dont le souci majeur reste la présentation des cautions et des garanties solides lors de la demande de crédit auprès des banques classiques. Il faut signaler aussi que le principe des 3P( partages des pertes et profits) va bouleverser en quelques sortes les méthodes de travail poursuivies par les banques classiques qui devraient changer leur comportement et méthodes de faire en proposant d’autres solutions complémentaires. 

Par ailleurs, la banques islamique est une organisation à but lucratif répondant à la loi coranique et à la charia, ce n’est en cas une institution de charité, elle partage les mêmes buts avec une banque conventionnelle pour assurer sa pérennité et sa survie. Mais l’introduction des banques conventionnelles au Maroc pourrait changer la donne, et injecter un nouveau sang dans le système financier. Maintenant les dirigeants des entreprises sont amenés à changer leurs méthodes de management, en adoptant des modèles basés sur la transparence, et la bonne gouvernance afin de saisir toutes les opportunités offertes avant que les autres s’y intéressent. Donc la mise à niveau de la PME est devenue une affaire urgente afin d’en profiter des produits qui seront offerts sur le marché. 

Enfin la PME sera le premier bénéficiaire de cette nouvelle expérience, les banques vont probablement s’orienter vers d’autres produits commerciaux et d’autres produits d’investissement. 

La finance islamique se présente comme une alternative qui accompagnera le développement et l’expansion des PME au Maroc. Cette finalité ne pourra se faire qu’à travers un engagement des banques de la place qui doivent offrir des produits bien étudiés afin de réussir. De même, Les dirigeants doivent aussi fournir des efforts par rapport aux méthodes de gestion, de transparence, et de bonne gouvernance, pour saisir cette nouvelle opportunité. 

Il y a quelques années, la question de la finance islamique n’était que très peu abordée dans le débat public au Maroc. Cette finance ne présentait qu’un attrait mineur. 
Pour les régulateurs, la question paraissait complexe. Pour les dirigeants des banques, elle paraissait secondaire.