Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Sahara

Grande désillusion chez le Polisario après les derniers revers diplomatiques

Khalid Ibrahim Khaled



En l’espace d’une dizaine de jours, le Polisario a reçu coup sur coup une série de revers qui ont fait comprendre au mouvement séparatiste soutenu par l’Algérie que l’agitation diplomatique qu’il mène contre le Maroc sur le dossier du Sahara est loin de tourner à son avantage.

La série noire avait commencé par l’affaire de Guergarate, cette zone de non droit de quelques kilomètres située à la frontière entre le Maroc et la Mauritanie. Baptisée Kandahar à cause des trafics qui y prospéraient, ce bout de terre désertique était devenu le lieu de prédilection des trafiquants: armes, migrants, drogues, voitures volées…, tout y passait.

Les algériens croyaient bien faire en poussant le Polisario à s’opposer aux travaux de nettoyage et d’asphaltage de la route entrepris par le Maroc dans la zone. Ceci, en prenant le soin d’impliquer la Minurso dans ce battage. Mal leur en a pris, puisque l’agitation des diplomates algériens et des relais du Polisario à New York n’a pas produit l’effet escompté au Conseil de sécurité et le bluff médiatique a en fin de compte fait flop.

Le deuxième revers subi, l’a été au Mouvement des Non Alignés, où la risible tentative du Venezuela d’introduire le Polisario au prochain sommet du mouvement, a été fermement déjouée par les pays arabes membres du Conseil de Coopération du Golfe (CCG).

Le dernier épisode de cette série d’infortunes s’est produit mardi au Luxembourg. Alors qu’Alger croyait que la décision de décembre 2015 annulant l’accord agricole Maroc-UE par la Cour de justice européenne était chose acquise, voilà l’avocat général de la même Cour qui remet les pendules à l’heure.

Non seulement il recommande à la Cour de rejeter le recours introduit par le Polisario, mais il renie toute aptitude du Front sahraoui à se prévaloir d’une quelconque compétence représentative pour se pourvoir auprès du tribunal européen. L’avocat général a démonté les arguments du Polisario, notant que le Front séparatiste n’a pas vocation à défendre les intérêts économiques de la population locale.

Après ce dernier revers, le Polisario a tenté de faire contre mauvaise fortune bon cœur, mais la désillusion était perceptible dans son communiqué publié en réaction aux conclusions de l’avocat général de la Cour européenne.


Source