Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Chroniques

Folio 1 : vraiment, vos votes s’en vont à vau-l’eau !

​Mohammed MORCHID



​Mohammed MORCHID
​Mohammed MORCHID
​Mohammed MORCHID
​Mohammed MORCHID
Folio 1 : vraiment, vos votes s’en vont à vau-l’eau ! Je ne vous mens pas si je vous dis que je n’ai jamais voté par le passé et que je ne voterai jamais. Pourquoi ? Tout simplement, parce que je ne suis pas dupe comme la plupart des marocains qui sont trop crédules, qui avalent toujours la couleuvre, toute la couleuvre, qui gobent tout cru et qui n’apprennent jamais de leurs expériences vécues avec cette politicaillerie des racailles patibulaires qui sont cul et chemise continûment avec le Makhzen.

En vérité, ceux qui croient que le Maroc est un pays démocratique où les élections se font dans la transparence et la légalité se trompent énormément. Un jeu de façade ! Parce que le Makhzen, et depuis la nuit des temps, a toujours recours aux basses recettes reconnues infaillibles dans le domaine de la fraude, du trucage, de la préfabrication et de la tricherie sur les scrutins : la falsification des listes électorales et des cartes d’électeurs ; le bourrage d’urnes ; l’intimidation, l’instrumentalisation et la corruption financière des électeurs ; la manipulation des résultats ; la neutralité passive du ministère de l’Intérieur ; le redécoupage électoral incessant ; la mobilisation des agents des autorités locales en faveur des candidats du Makhzen ; la balkanisation de la scène politique par la création des partis occasionnels ; le refus de vote des marocains résidents à l’étranger ; etc.

Croyez-moi, les pratiques d’hier, celles d’une époque que vous croyez révolue sont toujours omniprésentes. En ce qui concerne les dits programmes présentés par les partis politiques lors des campagnes électorales, ils ne sont que des bobards grimés et accoutrés pour mener en bateau les pauvres marocains.

En effet, tout le pouvoir est entre les mains du roi. D’ailleurs, étant exécutive, la monarchie garde le privilège d’entreprendre les projets de société, les réformes et les grands chantiers. Jamais aucun premier ministre n’a pu mettre en œuvre son programme électoral.

Même le ténor Abderrahmane Yousfi, qui, après une longue et rude bataille contre le Makhzen, a fini par baisser les mains et rendre les armes. En tout état de cause, tous les partis existants ou ayant existé – sauf l’UNFP (l'Union Nationale des Forces Populaires de Abdellah Ibrahim) et l’OADP (l'Organisation de l'Action Démocratique Populaire du grand Bensaïd Aït Idder) – et tous les hommes d’Etat se font créer et modeler ou sont préparés et entraînés dans l’atelier du Makhzen pour servir en premier lieu les intérêts de ce dernier. Quand ces vassaux makhzéniens font leurs temps qui leur a été confectionné, leur suzerain les récompense par des strapontins aux salaires faramineux, des retraites dorées comme ambassadeurs ou autres. En bref, vous n’avez pas la possibilité de choisir. De tous ces guignols politicards, il n’y a pas de vrai, il n’y a que l’ivraie.