Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Chroniques

De la quintessence des délits au raffinement des supplices

DR IDRISSI MY AHMED


Quand hommes et bêtes seront présentés lors du jugement dernier, tenant mon amour à la main, je dirai, mon compte doit être jugé après les leurs.


Chapitre 28 AV-04 
Les Editions Manuscrites 

"Sharon dans la Géhenne 
De la quintessence des délits au raffinement des supplices" 

Quand hommes et bêtes seront présentés lors du jugement dernier, tenant mon amour à la main, je dirai, mon compte doit être jugé après les leurs. 

Jalal Eddine Erroumi 

EXERGUE 

Y a-t-il un moyen de se soustraire de l’engrenage de la violence, une fois qu’on en a été la victime ? La réponse apportée par Shakespeare dans sa pièce Titus Andronicus est sans appel. 
La guerre a ses lois, l’humiliation aucune. Quel crédit donner à ces crânes de contenir un jour une âme, quand dans la vie on n’y perçoit aucun esprit ! La vie a-t-elle besoin de ces carcasses pour élever à Dieu nos Ames ? 
On est trop terre à terre, pour espérer un firmament meilleur. Notre argile transmet mal la lumière ! Comment croire à l’utilité de ces restes de crânes mis en poussières ? Ces carnivores ne peuvent être proches du Seigneur ! L’Ame seule suffit, sans besoin de faire revenir les corps ! 

ENTRÉE AU DIALOGUE 

Dieu, connaît toute chose, et en détail ! L’ombre laissée par les électrons sur l’écran de votre télé, la traînée que celle-ci projette sur le mur, les photons qui atteignent les cellules de vos yeux. Tout ce qui vous rend capable de saisir la lumière, sans que vous en perceviez les milliers de nuances. Toutes les lignes, les formes et les couleurs imperceptibles qui composent ces images qui vous font vomir et détester les guerres. Celles des vieilles querelles de l’Occident. Celles qu’il a menées chez les autres peuples, ou encore cette plaie qu’il ne veut point tarir au Moyen Orient. 
Question pour l’occident moderne de rester seul maître à bord du destin des autres ! De leurs progrès consentis, de leurs crédits conditionnels, de leurs espoirs avortés, de leur culture étriquée, de leurs cultes honnis et bridés. Pour rester seul en tête des conquêtes techniques, civilisationnelles, il est devenu le parangon unique, la voie à suivre, le seul salut sur terre, l’aspect univoque de toute civilisation, oubliant les apports de ces mêmes musulmans, qui furent à la base des sciences modernes et des découvertes de l’humanité ! 
Le racisme dénigre et la xénophobie combat cet autrui arabe et moyen-oriental. Lâchant les « ismes » passés de mode, on s’acharne sur l’islamisme qui véhicule l’intégrisme. On en fait un ennemi, après qu’il fut un soldat, un mercenaire, poussé au combat contre le communisme. Des milices de la Résistance versèrent dans le fondamentalisme pour mener les luttes anticoloniales en vue d’accéder à l’indépendance de leurs pays ! Une lutte inégale s’installa, entre oppresseurs cultivés, voleurs nantis, transformés en l’occurrence en civilisateurs, et leurs administrés, des sous hommes, pauvres et misérables ! On fait l’amalgame entre, la résistance, une lutte juridiquement légale, pour avoir été la solution contre le nazisme, et une autre, terroriste sans âme, qui change de combat. On voit des milices, venues de tous les horizons de la terre, mobilisés par une idéologie religieuse et un capitalisme impérialiste, financées, sans limites par le sionisme, prendre la place du colonisateur anglais et recoloniser la terre par le feu et la complaisance pour terrasser ses gens ! La forfaiture n’a pas de nom ! Elle s’appellera ethnocide ! 
L’Arabe, voici cet homme, tribu ou nation, que l’on a réussi, par jalousie ou par racisme, à transformer en religion extrémiste, en terroriste barbare, en peuplade arriérée, ou en langue morte. Voici ce sémite, le plus digne d’hériter de tous les antisémitismes de la terre, qui plus est de devenir la cible des ostracismes les plus divers et de personnifier le réceptacle de la haine, et ce à l’intérieur même des populations dont il partage le sort depuis quatorze siècles ! On ressort des arcannes de la géographie et de l’histoire, des clans, par des lectures séditieuses, telles que celles enseignées par les derniers colons. On crée et on revivifie le tribalisme. On ressort ses vitupérations, ses griffes et ses récriminations servent de mobiles à la fronde et aux soulèvements, aux insurrections et aux révoltes ! Hier ce furent les Kurdes, si ce n’est point le Sud, irrédentistes et riches en pétrole. Aujourd’hui les Kabyles et demain quand ce seront plus les secousses telluriques du Rif, ce sera quelle tribu qui s’opposera au pouvoir national ! On magnifie les différences, on en fait des races, au sein de peuples qui ont connu depuis des millénaires la convivialité et la tolérance ! 
L’Arabe détesté, même de ses coreligionnaires de toutes les couleurs, vient remplacer les jaunes, les noirs et les juifs, dans la cible confluente des haines. Quand cet autre crime putride du révisionnisme, que certains auteurs européens, aveuglés par la haine et en mal de sensationnel, exultent sur une littérature de caniveau, vilipendant et insultant, l’islam et l’arabe, qui ont du chameau si bon dos ! 
Dès lors c’est la spirale auto alimentée, qui se rallume à chaque jet de pierre, qui va des sacrifices aux meurtres ciblés, des « explosions de soi » à celles des bus, vouant aux meurtres terroristes, « gavroches explosifs palestiniens et innocents chérubins israéliens », faisant accroire que le peuple palestinien, inerme, n’a de droit régulier que celui d’attaquer une armée coloniale de Tsahal, suréquipée, fanatiquement portée, sans répit ni pitié, aux exactions belliqueuses les plus barbares ! Kamikazes, résistants ou simples militants, du jeune enfant aux adultes, sont alimentés d’une haine viscérale contre l’injustice et blindés de la croyance en une seule certitude. Celle d’être poussés sans autre issu à lutter pour la Liberté ! Assurance d’un monde libre et juste au lieu de l’asservissement que leur réservent les Juifs libres du monde. Avec la bénédiction aveugle des Etats-Unis, qui se sont imposés comme justiciers universels, et mis un veto définitif contre une paix équitable, basée sur la restitution des terres volées à leurs premiers occupants ! 
D’un peuple palestinien, multi cultuel, on aura fait une nation de martyrs, vivant de pauvreté entre l’humiliation contaminante des autres arabes, les enterrements, les pilonnages par navires de guerre et par avions, le ciblage des militants, la destruction des maisons, des arbres et des infrastructures ! Le bouclage d’un pays, ghettoïsé, d’un peuple, pulvérisé par l’exode, brisé et asservi par les embargos, campé plus prés de l’holocauste et des pogroms que du simple apartheid. Meurtres et vengeances, représailles et châtiments, des luttes inégales dans un monde où c’est l’Empereur qui est injuste et qui finance des hors la loi impénitents ! Des lors la spirale de la haine et da la folie incombe aux pays avancé et démocratique, pour être arrêtée, non aux impérialistes, afin que justice et humanité soit faite ! Deux peuples, émérites deux nations, braves et têtus, devraient offrir au monde quelques pages de calme de productivité et de paix afin que cessent les malheurs et les humiliations ! 
Dieu voit l’ombre du fils orphelin, qui se réfléchit sur les flaques de sang versées par le martyre de son père ! IL perçoit toutes les noirceurs de sa créature barbare et carnassière, l’Homme ! Ce despote, immolateur attitré, est la source de l’arrogance et du mépris. Il est partout imbu de ses dieux, de son culte, de sa tribu, de ses moyens, de sa force, de sa culture et de sa couleur. Sa proie millénaire est cet Autre alter ego, non moins barbare, mais affaibli, qui représente sa cible préférée, sa haine, son fantasme et sa proie sacrificielle. L’existence se passe à ternir les peuples ostracisés et se justifie à humilier le genre adverse qu’on se fixe à assujettir, à berner ou à anéantir. Que de frères massacrés au nom des différences, au nom des libertés exiguës et des frontières infâmes ! On lui refuse sa religion et son Dieu. Cet Etre Suprême dont les multiples appellations ternissent l’unicité voire même l’existence ! 
Les caractères que je vais décrire dans cet épisodique récit de Mme Student, les mots que vous allez y lire, le chemin de l’électron dans les méninges de Sharon, le souvenir oublié de cet Alzheimer qu’est devenu Arafat, vont vous laisser réfléchir. 
Au moment où je terminais ce chapitre, voilà que l’insoutenable fragilité de l’homme et son désir de meurtres, est venue inscrire un martyr dans l’hagiographie des guerres de libération ! Les délires d’horreur dépassent les films les plus horribles et les cauchemars les plus impossibles ! Avec son mépris pour tous, Israël, du moins ses chefs, la tribu de Dieu, perfectionne son abject délire de nettoyage ethnique .Elle qui a failli se voir disparaître dans l’holocauste de la deuxième guerre mondiale ! Pour leurs résipiscences, l’Europe et l’Amérique, l’aidèrent à kidnapper un peuple, à subtiliser sa terre pour l’enfermer dans un bantoustan. Otages décimés au fil d’une guerre de pacification dont elle arrache mille fois la rançon. Des moyens qui lui permettent de lever des armées de chasseurs de têtes d’enfants ! Le meurtre ciblé et préconçu, chef-d’œuvre des crimes prohibés, s’est perfectionné en Israël. L’acte bestial et sa turpitude portent la marque du plus dément des criminels, Sharon le barbare. La passion du terroriste d’état, trouve son fait d’arme en Israël ? Avalisé et encouragé, par les USA, le fils maudit de l’armée ne connaît plus de limites ! 
Coincé dans son fauteuil rouillé, le Cheikh Yassine, vient d’être lâchement, odieusement, assassiné par un pervers sournois, un criminel cynique, qui a le courage de l’hyène qui s’attaque aux proies blessées. Martyr d’une paix impossible ! Dotée de moyens aéroportés superbes, l’armée tire ses succès sur un vieillard handicapé. C’est le comble des péchés dépassés dans le fief du Dieu Yahvé! Le meurtre rituel de Tsahal n’est pas simplement politique, il représente un cérémonial religieux. Méditons sur ces fragments pulvérisés du corps éclaté de ce virulent vieillard. Un quadriplégique notoire va nous pousser de la religion à la caricature après un passage forcé sur le drame politique ! Un barbu de 30 kg, dont la langue seule pouvait remuer, va faire bouger les tyrans et les traîner, demain, devant un tribunal et par là devant la conscience internationale. 
Au point que pour cet Etat, sans tête, doté de deux cents têtes nucléaires, il a fallu tirer le moribond à coup de missiles Apaches. Il a fallu procéder à l’aube, embusqués et tapis quelque part, pour le cueillir à sa sortie de prières. Un message de Sion aux musulmans, un avertissement à la Ligue des Pays Arabes, qui ne peut se liguer que contre l’un de ses membres. De la mosquée à la géhenne, il n’y qu’un pas, pour lequel, le monstre de la mort se fait le transitaire et le livreur ! 
Les parrains dépassés, par leur immonde créature, Sharon, ne trouvent plus assez de « mensonges d’Etat » pour réguler leur monstre effronté. Face à un monde effrité où règne l’ordre de la haine, Sharon plastronne. Faute d’être une Pax, le Veto Américain, toujours hissé, le protège ! Le message est adressé aux Islamistes et aux Arabes. C’est un défi pour le monde entier, c’est un gage : Il vise Arafat, séquestré et impuissant, symbole dont le corps, à moitié inhumé, pour ordonner de mater la résistance, lui en reprocher l’inaptitude et l’incompétence, afin d’annihiler la représentativité et les velléités d’indépendance. 
Echec complet non seulement des peuples arabes, plus diminués encore est le droit des Musulmans à garder à la Palestine, sa capitale Al Qods, et son mausolée sacré ! Le besoin des Sionistes n’est pas tant d’avoir un foyer étatique pour leur religion, mais d’humilier toute la Nation musulmane, vindicte millénaire sur des gens qui ne les ont ni exploités ni chassés, en colportant des doutes et des amalgames, quitte à réveiller les vieux démons anachroniques des Croisades et charger leurs puritains de protecteurs, Bush à leur tête. Son brain trust lui fait la dictée et lui trace le programme radical. Il fait intégrer : Terrorisme, Islam, Arabe Israël, égalent prise du pétrole et casse des pays forts voisins et de leurs chefs ! Devenus plus fanatiques, depuis l’abominable attaque de Bel Laden, ils se sont décidés à raser sans vergogne, la culture et la fierté des terres arabes et musulmanes ! 
La barbarie d’état, la politique des carnages, est la seule expression des joies et des droits, que l’orgueilleuse démocratie sioniste veut enseigner aux Arabes, face aux régimes dictatoriaux du Grand Moyen Orient. Actes coloniaux et assassins, commis au nom d’un extrémisme religieux, faits haine, de racisme fanatisé et d’exclusions, dans la plus étroite, la plus erronée des paranoïas tribales. L’Apartheid le plus sauvage, sous la férule américaine est une reviviscence de la ghettoïsation et des pogroms abjects, que les israéliens ont essuyés sous les russes et les nazis ! C’est à cette « chose », le GMO, que les USA veulent bricoler, un jouet économique à la merci de la verve coloniale d’Israël ! 
L’existence de cette haine, amplifiée, revivifiée, cumulée, exacerbée est instrumentalisée par les marchands de canons et de pétrole. D’un espace de rêves, berceau des civilisations, de la vie, on en fait un ghetto ou l’immolation des autres sémites est programmée ! Et le dieu dans tout ça ? Les dieux sont fatigués, surtout si c’est Un seul ! Lassé de supporter tous ces cons qui croient plus proches de Lui, avec leurs fanatismes divers et leurs extrémismes tragiques ! Ses anges sont vannés et ne lui transmettent plus rien de ce qu’ils surveillent et advient sur terre ! 
Les humeurs, les idées, les efforts, les événements, la vie, tout est sût d’avance, alors même qu’il ne s’est pas produit ni sorti dans la réalité ! Tout est écrit dans le passé. L’avenir est écrit dans nos gènes. Tout est prédit ! Tout est dit : c’est le passé qui a composé nos gènes. Nos ancêtres chimiques ont pensé pour nous ! Du moins les fabricants de cette argile ! Là, en haut dans ce Ciel qui nous souffle, nous berce et nous aspire, une nouvelle planète vient de naître ! Comme la vérité, elle était là, on n’a pas su la regarder ! Malgré notre farouche credo d’arrivistes sur terre, notre manie de croire tout savoir, de tout vouloir dominer et de continuer à nier ce qui n’est pas encore visité par nos sciences ! 
Bref, dans l’antichambre de la mort, le Purgatoire, vous savez ce que c’est, nos héros, et cet affreux antihéros, Sharon, ont étés rassemblés par le Grand Auteur dans la salle d’attente. Non pas cette scénette du Dr Maidoc, où ils avaient été chapitrés, mais dans cette immense prairie où errent sans fin de longues files de revenants. Fantômes sans fin, macchabées trahis, revenant sans chair ni faveurs, assistent impuissants et pitoyables, tragiques et placides comme des parias, à leur Dernier Jugement. 
Il faut dire que Sharon le barbare, la brute indestructible, l’exterminateur extrémiste, le pervers corrompu et cruel, l’assassin sadique, et j’en saute, aura été pour quelque chose dans l’avancée préconçue de cette Apocalypse. C’est sur son appel meurtrier que s’est décidée la venue salvatrice du Messie, Bush, le fils, et de ses Quatre Cavaliers, serviteurs de Sion, pour libérer les terres sacrées ! La fin du monde aura été, un simple dommage collatéral de la guerre du pétrole ! Une bavure de la guerre préventive et prophylactique, un incident de parcours de l’impérative lutte impérialiste contre le terrorisme. « Ces sales bougnoules qui fabriquent des armes sales, qui achètent des armes interdites, qui polluent le climat et empêchent de dominer la terre en paix », comme l’indique la Bible et y invite la Genèse ! 
Cette voie, la seule restante aux Résistants de Arafat, pour les irrédentistes du Hamas, pour les accros du Djihad qui se sacrifient et se battent avec les pierres et les armes des pauvres, pour l’autonomie et l’indépendance de leur Palestine ! « Ces petites ethnies moyenâgeuses, qui ne se sont pas résignées à lâcher prise sur les terres bibliques, qu’on leur a volées, ni à noyer leur tribalisme fanatique et chagrin et oublier leur religion rétrograde, dans la modernité tolérante et la mondialisation invincibles ! » 
On les aura vus à l’œuvre préparatoire de la fin du monde. Ces hauts cadres de la pensée unique, architectes scientifiques de la pensée suprême du Président des Zeta Zunis. De fidèles puritains, riches technocrates, ont été expressément mandatés, depuis la Nouvelle Bible, qui leur sert de Testament et de Livre des Morts, pour influencer les vivants. Ces super ministres et conseillers de la Maison Blanche, avec leurs services de renseignements et de subversion, leurs services de propagande et de désinformation, régissent depuis toujours le Monde Libre, à une guerre près ! Les décisions de la religion, les déclarations de Croisades, les fatwas, servent à ces hommes de mains et à l’intellect des Zélécteurs Zaméricains, pour gérer la « rondelette » planète Terre, sans partage ! Ni avec les Euro-païens ni avec le bloc communiste ! Le contenu des discours, les principes des traités, les idées « traîtresses » du monde, ne se font plus dans la Rome Antique ni au Vatican (Question d’âge, du Souverain Pontife, activement accroché à la Papauté, comme à la vie- Bravo ! -), mais s’ordonnent à Washington ! 
Témoignages à l’appui, pour toute chose concernant les preuves matérielles et les credo : de la bourse, à la conquête aéronautique et spatiale, de la guerre d’Orient à la réalité des événements en Irak, ceux de la Palestine, comme ceux de la planète Mars ! C’est là qu’on délivre les psaumes du nouveau mode de pensée salvatrice, de la pensée universelle, unique et inique, et des techniques de mensonge, e langue de bois, de congrès arabes sabotés et reportés ! 







CE QUI SE DIT AU PURGATOIRE 

Mythes, banalités inexpliquées et tabous : 

L’homme vit une tragédie sur terre et cela ne l’empêche pas d’y causer des drames. Entre la mort simple, dite naturelle et les génocides barbares, qui défient l’entendement et l’éthique par leurs cruautés, il y a un paradoxe. Un hiatus entre le religieux et le scientifique, le politique et le culturel pour l’expliquer et les tabous cultuels pour permettre à l’homme effaré de poser des questions ! 
Victimes et bourreaux, quelles que soient les valeurs des armées qui les ont opposés, vont se rencontrer dans cette pièce de théâtre sur papier, et se voir face à face. 
La scène, se passe après l’Apocalypse et l’Armagedon, à fin du monde, à quelques lieues d’espace-temps de la Géhenne et du Paradis. Ceci étant dit à ceux qui ne croient pas à l’anéantissement définitif, pur et dur des êtres, une fois morts ! Pour les autres, cette pièce de théâtre est une simple fiction, qui mérite d’en rire, faute de prétendre faire réfléchir ses protagonistes vrais ! 
Après un long cri qui bouleversa terres, cieux et mers, allant jusqu’au au fond des atomes, des cellules et des gènes, vint une longue période où tout est resté vitreux et placide, des entités firent leur éveil ! C’est la Résurrection, dont le but ultime est la vérité et la justice ! Enfin ! 



LA STUPEUR ET EFFAREMENT 

_ Dieu, que faites-vous ici, Charogne ? Que venez-vous faire dans mon rêve ? Lança Mme Student. Et puis, vous êtes époustouflant dans cette tenue ! Vous faites pleurer bien du monde, mais là, franchement, je n’arrive plus à m’arrêter de rire ! On devrait déclarer cette journée internationale et demander à l’Onu et Bottello de vous sculpter une statue, pour l’ériger ici sur cette grande place ! 
_ Nenni, ma Blonde ! Pour me la faire tomber ensuite, comme celle de Saddam Dutroux de Rat ! Non, je suis indéboulonnable ! Et puis Madame Student ? Je vous corrige… 
_ Ah bon ! 
_ Mon nom s’écrit autrement, avec un S.H. ! Comme Shalom Halikoum ! Fit-il, narquois, en regard des spectateurs, tout en bombant son torse poilu d’où dégoulinaient quatre rangées de médailles et quelques clavicules ! Mais dites, que venez-vous faire, vous-même, dans état et dans ce lieu ? Et qui plus est, c’est vous qui m’avez ‘’sauté’’…sur ma question ! 
_ Plutôt que sur vos bombes ! Ventru de malheur ! 
_ Haha ! Haha ! Vous êtes presque nue dans cet habit transparent ! Est-ce par pudeur ou que vous vous décidiez enfin, à oser…à oser…. avec moi ? 
_ Plutôt, sauter sur vos bombes que d’oser quoique sur vous! 
_ Pourquoi ? Vous avez du sang arabe, vieille ganache ? 
_ Pas encore, du moins pas que je sache…Ma mère…J’ai vécu au Maroc…Et avec toutes mes amitiés là-bas…
_ Hum, le Mahroc de Lyautey… ! 
_ Oui…..Mon beau et bon cousin, le Général Lyautey ! La tolérance, l’hospitalité, les potentialités inouïes, les opportunités abondantes, la quête de l’inconnu, l’ouverture aux gens… J’étais amoureuse de lui et de ce pays ! Mais, il n’était pas à moi ! 
_ Moi aussi, je suis Général de carrière ! 
_ De Fosses communes, oui ! 
_ Ne me tourne pas le dos, aimez-vous les uns les autres, a dit ton doux Jésus ! Alors fais un pas ! Et puis, il est fait tellement chaud, que j’ai une de ces soifs ! 
_ Pour un homme incompressible, ce doit être une soif d’enfer, inextinguible ! Qui vous restera bien dans la gorge…sacré Ariel ! 
_ Veux-tu me désaltérer, l’amie ? Ou ça dois rester, entre toi et moi, virtuel, ad vitam eternam ! A mon grand désarroi, car je suis un homme d’action ! 
_ Fort entreprenant, et même au-delà… 
_ Un homme de frictions, ha ha ha ! 
_ Lahhla yahyek a salgot el miâra ! Tiens ! Et pour te punir, je vais te tutoyer ! Il doit être parmi nous, le Général ! Je vais le chercher mon bon cousin, Lyautey ! Vieille andouille, il va te montrer de me harceler de la sorte ! 
_ Madame est une vamp ! Elle n’aime que son défunt maître ? 
_ Oui, Non ! Je le regrette ! Pas de la façon dont tu penses ! Il n’y a de vrai amour que dans l’admiration ! 
_ Je vous admire, Madame Student ! Aimez-moi ! 
_ Moi, pas Sharon ! 
_ Ça y est, j’y suis ! Madame est une gourgandine…avachie ! Elle s’ouvre et prend son pied…en cachette…pour le prestige ! 
_ Comment? Lahla laheqak al wahch al ghaddar ! Ana Lallak Student, bent al âarade wal joude ! Moi, me souiller pour des prunes, avec un ministre corrompu, recherché par les foules, et qui a contracté le vitiligo ! 
_ Moi, c’était dans la peau et toi ? C’était platonique, je vois ! 
_ Platon, aussi doit être là ! 
_ Hé molo, vous allez réveiller toute la myâara ! 
_ Pourquoi pas Socrate, Platon, Zeus et toute l’Olympe ? Ariel ! 
_ Goddam ! By Jove ! Il est là, lui aussi, avec les demi-dieux et tous les rois, les nôtres aussi, les Louis, les autres, jusqu’à Alexandre ! 
_ Putain de que monarques dans ce gourbi ! Faites la queue, messieurs dames ! Ce n’est pas une foire, majestés ! 
_ Voyons Ariel, du respect pour les faiseurs de l’histoire ! Ils furent si grands pour finir si futiles ! Mais ce n’est pas une raison pour continuer sur ton arrogance de race supérieure ! 
_ Messieurs dames on ne peut pas vous saluer de vos hymnes, tous à la fois ! Mais faites comme chez vous ! 
_ Comme d’habitude, fit Alexandre, le plus respecté de tous les conquérants ! 
_ Ote-toi de mon soleil ! Fit Diogène, en baillant dans son coin, la bouche comme pleine de la macédoine avalée la veille ! 
_ Qui c’est, ces gens ? 
_ Des Grecs ! Ils arrivent dès qu’on leur sourit ! N'est-ce pas messieurs Ulysse et Hercule ? 
_ Hum ! Simple question, et le Mahroc, c’est où déjà, ce lupanar ? 
_ Bordel d’ignare, à coté des grottes d’Hercules, là d’où l’on va au Styx du kif et à l’Achéron des harraga ! 
_ C’est un terrain pour les avions de transports ? Fit Antoine, un aviateur, pilote du Petit Prince, qui n’a rien compris au réveil des masses ! 
_ La scène de ce drame est le monde, fit la voix de Claudel. 
_ C’est en Afrique du Nord, à 14 km des Espagnols ! 
_ Quoi ? Les pauvres Ibères ! Ils sont menacés dans leur chair, les pauvres amis ! 
_ Là, plus au Sud ! 
_ Alors, c’est tout près de la Rasd ? Ce sont des négro-américains, des marchands d’esclaves, des arabes ? Je vois ce sont des terroristes, des islamistes ! Kif kif, autochtones, bourricots, indigènes ! 
_ Ce n’est pas palestinien, en tout cas ! Engage ta rage et va ailleurs ! Laisse mes amis tranquilles ! Ils ne connaissant pas le terrorisme…Ouste ! 
_ Hou hou, et le train...Le train de Madrid, Attocha…Les mercenaires marocains de la Qaeda ! Madre De Dios ! Et ceux du GICM maintenant ! 
_ Ils ne feraient pas de mal à une mouche ! Ce sont de braves jeunes, ancrés dans la vie, qui pètent le feu, qui mordent à la vie comme dans une pomme ! 
_ Une pomme pourrie, à cause de vous ! Dit un inconnu de loin ! 
_ Tu vas voir, Arafat ! Je ne suis pas une poire ! Il faut les sanctionner, tous ! Tu vas voir Arafat ! On va prendre la revanche de nos amigos espagnols et venger Ariel Aznar ! On va leur apprendre à ces Maures de…de…de malheur, à faire tomber des gouvernements amis ! Vous allez voir ce que va leur coûter de casser le jeu des urnes en plaçant des bombes dans les trains ! Sale race ! Et je ne suis pas raciste, les bougnoules, c’est une simple expression politique ! 
_ Mon Dieu ! C’est infernal, tu délires en majuscules ! Où est Arafat ? 
_ Même s’il n’est pas là, je ne le reconnais pas ! Il est la cause de tout ce merdier ! Enfonça Sharon ! 
_ Tu divagues et tu te répands dans l’erreur paranoïaque ! 
_ Pour Israël et pour moi, il ne suffit pas d’être fort, il faut être fou ! On peut pousser là aussi, nos terres ! 
_ Dans la folie ? Fit Student stupéfiée ! 
_ Et puis, avec la Mondialisation, tout est à nous, tout est permis ! Halal, de retourner sur nos terres ancestrales du Maroc, notre patrimoine et notre nationalité marocaine…Et de nous y investir, librement, de tout notre argent, dans de nouvelles colonies ! Et plus, on va retrouver nos saints pour la Hilloula. C’est une forme de pardon des deux côtés de la Méditerranée. 
_ C’est dans la Bible, il est donné aux hommes de procréer et de coloniser la terre ! 
_ Un pardon à leur faire pour les aider à dépasser le terrorisme et à le combattre, en vue d’oublier la terre, pardon la haine ! Et surtout, d’opter pour la démocratie au lieu du terrorisme ! 
_ C’est bien vu ! 
_ De longue date ! Madame ! 
_ C’est politique et démagogique, c’est cynique et machiavélique ! C’est le degré infini de la supériorité. vous devez avoir dépassé le Nirvana avec idées aussi nobles et si transcendantes ! Se moqua Mama Student.
_ Qui plus est, nous avons un demi-million de Juifs en Israël, qui tiennent à récupérer leur pays d’origine et leur nationalité ! 
_ Partout où ils rentreront ! Fit Maidoc. 
_ Le passé antérieur se conjugue aussi au présent ! Faites ! Faites ! Peut être, s’il y a de l’espace, on peut ériger un grand mur ! Et leur demander de revenir….seulement les jours de souk ! Dit Student. 
_ Qui çà ? 
_ Les Marocains, arabeurs et beurbeurs ! Ils sont tous quelque part…Harguine ! 
_ Harguine a Sidna, harguine ! Harguine, a Sidna harguine 
_ Qui c’est qui parle ? 
_ Le Chœur ! 
_ Je ne vois aucun cœur ici ! En tout cas, pas chez vous Madame ! « Tu m’as fait tourner la tête », mon refus à moi, c’est toi ! 
_ Khlass ! Y’en a marre ! Tu ne plus parler, sans arrières pensés ? 
_ Ce sont des pensées pour devant ! Passons puisque tu ne veux pas passer ! Je ne comprends pas qu’ils réclament le Sahara ! Rares sont ceux qui y restent, parce qu’ils aiment leur pays ! Ils sont plus nombreux dehors que nos Juifs ! 
_ Chez eux, ils en ont déjà un mur qui les sépare des séparatistes ! Oui, sur ce dossier, c’est votre primate de grand frère américain, qui s’en occupe ! Il veut leur faire la paix avec leurs riches voisins ! 
_ « Je ne laisserai aucun Algérien mourir pour le Sahara et pour autre chose que l’Algérie ! » 
_ Qui c’est qui parle la Student ? 
_ La voix électorale du Président Boutef !! 
_ Qui Tef ? 
_ Bouteflika ! Tu n’as rien à craindre, ils resteront tranquilles envers toi aussi ! 
_ Oué, madame Student, c’est mieux ainsi avec des Algériens occupés par leurs Afghans et leurs urnes. Ailleurs, des fils de présidents arabes sont assurés d’hériter à leurs monarques de pères et de continuer à régner, au lieu de nous faire la guerre des nerfs ! Qu’il leur foute la paix, le frère Bush ! C’est plus sûr de pomper en paix le pétrole et l’argent! 
_ Votre ami Bush tient à leur faire signer une paix des braves ! 
_ Bessif ! Signée au noir ! 
_ Au quoi, comment ? 
_ Au pétrole ! Pas au rouge, sang ! Comme, je devrais te prendre, Mademoiselle ! Pour les pomper en paix ! Quitte à leur vendre des armes, avec le prix qu’ils auront obtenu de leur pétrole ! 
_ C’est ce que je vous ai dit ! 
_ Que je te prenne de force ? Bessah ? Tu aimes, faire sado-maso, cuirs et lanières ! 
_ Non, arrête, on nous voit ! je vous ais dit qu’on doit s’ingérer, à titre humanitaire, pour faire de force la paix ! 
_ C’est ça ! La guerre imposée par les forts pour faire la paix entre les petits ! 
_ Mais, si les canaques retournaient leurs armes contre nous ? 
_ Des armes contre qui ? Contre Israël ? N’y pensez plus ! 
_ Aïe, a yemma di baba ! Je ne tolérerais pas ça ! Vite, vite ! Un avion, il faut aller chez Bush à Washington, au Congrès, au Sénat, leur dire et leur crier de faire machine….à sous… en avant … 
_ Et machine de vente d’armes en arrière !? Fit la dame pour le piquer ! 
_ Des armes de destruction en or massif ! Hahaha ! Nous sommes les bijoutiers de la politique ! 
_ Des jouets qu’ils ne pourront jamais étrenner ! Qui coûtent très chers et quand ils deviennent menaçant avec, vite on les leur casse, ou on les leur reprend ! 
_ Le Tammouz et le Tabriz…Comme vous, avec les Iraquiens ! Fit la dame de cœur. 
_ Brisées, leurs usines nucléaires, dans la matrice… 
_ Par votre aviation ! 
_ Ils s’en souviendront de vouloir menacer Israël et d’oser le dire à leurs foules folles ! Et merci de nous avoir livré les plans, les franchouillards ! 
_ Parlons de nos Maghrébins…. 
_ Pourtant, avec leurs frères et voisins, ils ont tout pour être unis. Le copinage avec les Zéta Zunis, la tradition de la France de ce Shirrac et sa franco-cacophonie, les langues dialectales, les langues beurbeurs, les langues mortes, la mer morte… 
_ Non, ça c’est chez vous ! Vous partagez la mer avec vos frères palestiniens ! Mais aussi le mur ! Et le fleuve Jourdain, qui arrive sec pour eux ! 
_ Ikh ! Je n’ai pas de frères de ce genre ! J’ai tué leur mère ! Leurs chefs ! 
_ Hou…Notez ô vous anges qui savez écrire ! 
_ J’ai tué leurs mères ! Leurs chefs ! Ne me coupez plus la parole ou je vous la coupe ! Plus de balises, plus de lignes rouges ! Quiconque, chef de merde ou Zmer, me tue un Juif est une cible à tuer ! Plus de langue de bois à ce sujet et qu’ils se le tiennent pour dit, tous ceux qui président encore ! J’ai tué leurs mères ! J’ai tué leurs pères ! 
_ Œdipe fait général ! Ils ont aussi, en commun, la langue du colon… 
_ La colique ? Ils pètent ! 
_ Et puis, soyez sérieux, gros goule ! Ils partagent le Coran, la langue di Coran, pour s’unir ! 
_ S’allier, se rallier dans la leur de reli-gion… ? 
_ On ne dirait pas !! La religion « des plus cons » ! Ha ha ha ! Salut Houellebecq, Taslima et les autres…. 
_ Ils ont des intégristes, des extrémistes…Mais, ce ne sont pas les seules religions dont les fondamentalistes exagèrent pour produire les extrêmes ! Il y en a tout autour et même en politique…Sharon, pour utiliser les religieux et monter aux élections…Et ça, tu peux en témoigner, Ariel, pour moins que ça, ça pétarade ! 
_ Alors ils devraient faire entrer l’Espagne avec eux ! Au train où ça pète, comme chez eux ! 
_ Comme, ils ont des Sahraouis…en commun ! 
_ Hou, les copieurs, le Marché Commun du Sahara ! Comme notre Grand Moyen Orient si cher à Frère Bush ! 
_ Chacun a ses plaies ! On se demande ce que vous avez encore d’oriental ? Shar ! 
_ Nous avons le pétrole des voisins, nous avons l’amour des américains...Qui nous le transforment en aide pour Israël ! Nous, nous avons nos réfugiés, nous avons nos refuzniks, des Pâle-estim-iens, qu’on n’arrive pas à exporter ! 
_ Vous dites exploser ? 
_ Non Expurger ! Loin, loin ! Je te dis des Palestiniens qu’on n’arrive pas ni à exporter ni à chasser Ni à décimer ! De vrais lapins ces arabes …Il doit y avoir un moyen pour les fourguer aux Européens, pour leurs organes de remplacement et autres pièces détachées !! 
_ Allez Sharon, poursuivez le raisonnement….. 
_ Oui, madame Student, la prof interminable de notre cher Prince David Salomon, le 60ème ! 
_ Tiens tu te rappelles ! Alors un bon point pour toi, le si bon élève ! Il est dommage que tu ne sois cannibale ! Etant le plus sanguinaire du Guinness des assassins ! 
_ Je veux manger plus que ça ! Grrrr, toi par exemple, vieille chipie à l’affût de mes moindres expressions, pour psychanalyser le fond de ma culotte et mes pensées intimes ! 
_ Tes pensées intimes, tu peux les garder à l’ombre ! Char, c’est pour avoir liquidé la Palestine ? Gommé un pays et ses gens ! Torturé, dans l’impunité ! 
_ Hé ? Çà des gens ? Je n’ai pas avec qui discuter…Ce ne sont pas des gens ! 
_ Tu me rappelles ton ambassadeur à Paris, dans ses déclarations perfides devant une presse plus complaisante et sournoises encore ! Inutile de répéter son nom, c’est déjà un traumatisme de se souvenir du tien ! ! 
_ Oué ! Celui-la il est bon je ne veux pas le rappeler ! Attendez, je reviens et je poursuis mon raisonnement 
_ Va, résonne ! 
_ Et indirectement, tu as vu, on a eu l’Irak ! Et à l’œil ! L’Irak nous menaçait, alors on lui met trois guerres dans le cul pour le prix d’aucune ! 
_ Pardon ! 
_ Je suis un pacifiste ! 
_ J’en ai toujours douté ! 
_ Et non seulement on abat les Arabes, mais on tait les Moslems, de Tanger à Djakarta ! Et leur putain de civilisation avec ! Chose, que vous Chrétiens, depuis quinze siècles, n’avait jamais pu achever ! Allah, pschitt, vive Yahvé ! 

LA CIME DES INCOMPETENCES 

_ Et, avec quel culot ! 
_ On m’enlève Satan Hossein du regard… On m’enlève Al Qaeda du regard, on me laisse gentiment balayer les terroristes de la pensée ? Sans aligner un seul soldat israélien ! Moi, j’économise mes hommes ! Sauf ceux qui tombent malades ou meurent de honte ! 
_ Booof ! 
_ Que c’est joli ce Booof dans ta bouche ! Répète, Mamie ! 
_ Je disais donc, Ariel, que ces Maures… 
_ Ah, ils sont bien morts ! Je le constate, je l’avoue, vous êtes mes témoins ! Je suis le plus producteur d’arabes morts ! Si les écolos en sont jaloux, à leur place, leur Ligue d’Arabes, à la noix, elle est morte ! Grâce à mes conseils et mes entrées chez Son Excellence l’Anzine El Abidine ! 
_ Ben Ali ! Tu lui as fait peur ? Si Arafat tombe ce sera la faute du Zine de Tunis ! 
_ Indirectement, et gentiment… 
_ Encore ! 
_ Ma dame, donc, j’ai fait phoner à Bush Fils, qui lui, a bipé au Zine pour lui apprendre à faire gaffe aux piments ! C’est mauvais la harissa ! Tu sais ! 
_ Passons, ils ont, disais-je, les Nordafs, l’islamisme, le terrorisme, les langues tamazight, le dialectal, les films égyptiens, les danses du ventre, leurs secousses du ventre… 
_ Pardon ? 
_ Leurs secousses de main, le couscous du jour, les salamalecs tojors, les mets épicés… 
_ J’adore ! 
_ J’adore les mains épicées des Fatma…Ch’est shaud ! La Shtudente ? Vous m’excshitez ? Rien qu’en vous parlant de çha Mamie ! Ch’est le pied, Mamie, je vous jure ! 
_ Qu’est-ce qui vous prend ? 
_ L’extase, je sublime, je fonds 
_ Vous êtes devenu un satyre ! 
_ Non votre humble martyr ! Vous allez m’avoir sur la conscience ! Ça vous perdra, dans l’au-delà ! 
_ Retenez-vous ! Vous ne devez pas faiblir ! Même pas devant une femme ! Ce n’est pas de vous, Shar ! 
_ C’est le paradis, pour moi ! Tout pour moi ! Moi pour moi ! Toi pour moi ! 
_ Je ne voudrais pas t’y retrouver ! 
_ J’exulte, touchez-moi ! 
_ Descendez de votre septième ciel, mon Dieu ! Les orgasmes interdits sur la place publique ! Non, non ! 
_ Touche pas à Ma Pote ! Osa Arafat, qui haletait dans un coin … 
_ Je fonds ! Ana kane miiit ! 
_ Ôte tes mains de là ! 
_ C’est la quintessence des joies ! 
_ Avec toi, Sharon, c’est le raffinement des supplices ! 
_ Hezounii ! 
_ Tu es un type borné, un monstre ! Secret, jaloux et renfermé ! 
_ Qui a dit sha ? 
_ Aïcha Qandisha ! L’incube ! 
_ Oué, je suis « un monstre sacré » ! Ouaêr, khatar ! Tu entends Arafat, prix Nobel de mes deux, ce qu’elle dit de Moi, la Prof ! 
_ Tu es lourd, machiavélique, cynique ! Pas moyen de faire de la géopolitique avec toi Sharon ! Même pas dans l’Au-delà ! Reprit Arafat. Mais, je te vois bien comme fossile ! Un épouvantail, bétonné sur ton mur pour apeurer les curieux ! A chaque dix mètres sur toute la terre : là où il y a des Arabes qu’il faut exterminer par la peur et des Moslems à humilier par tes affronts ! 
_ Parce ce que maintenant avec le Mur…Béton ? Hein ! Hermétique ? Hein ! La muraille qui nous sépare des kamikazes, on est dans le paradis ! Sauf que les limites de la Terre Promise, nos horizons, se sont un petit peu bridés ! 
_ On s’est un peu beaucoup bloqué soi-même ! Le tribut de la démocratie et de l’éthique ! Se moqua Mme Student ! 
_ On ne pourra plus aller aux terres promises de Baby-alone, faire quelques petits exodes, par ci par là ! Ni faire quelques descentes, historiques sur les Philistins, encore moins de sorties pour les achats, plus aucune possibilité de voir le bûcher de l’holocauste de Abraham ! 
_ Votre ancêtre irakien ? Il a échappé au bûcher. Vous ne verrez plus rien ! Et puis les musées ont tous été volés ! Le pétrole a tout fait flamber ! 
_ Oui, nos racines d’Irak ! Nous laisseront-ils les Amis-Ricains, augmenter notre périmètre de marche et installer un autre Mur des Lamentations, de Damas à Bagdad ! 
_ Abghoudou bi baghdi lakoum Baghdada al bariha wa Arihata al youm ! 
_ Casse-toi Saddam ! Va te raser ! Tu es devenu poète ? 
_ J’erre comme un martyr ! Roi déchu ou poète en désamour, quelle est la différence, quand la nature vous tourne le dos ? 
_ Allah ya salam ! Sortit Arafat, qui seul avec Student, l’avaient sur le tard, compris ! 
_ Balivernes ! Continua Sharon. Juste, on va juste établir une réplique du Mur, en face de l’Iran, pour bloquer les Barbus, les Afghans, les Talibans, les Jaunes, les Rouges…Et pour que Israël, rendue à ses limites prophétiques et commerciales, puisse protéger le monde libre et démocratique ! 
_ Comment ? Mais c’est pernicieux, c‘est sournois, ce que vous dites-là ! C’est vous qui dictez leur politique à vos Amis Ricains ! Je ne savais pas votre degré de perfidie si fécond ! 
_ « Le ventre est encore fécond, d’où a surgi la bête immonde. » ! S’aventura Bertold Brecht. 
_ Ah zaêema ! Vous faites semblant de méconnaître la destinée ! C’est un projet divin ! Juste pour compléter les visions de Yahvé, votre Dieu et le nôtre ! Pour faire pénitence ! Prendre d’autres terres, aux autres, afin de les offrir à Yahvé ! Et puis faire pénitence ! On est là sur Terre pour faire les louanges de Yahvé ! 
_ Vous ne pouvez pas faire pénitence, deux fois, sans tous ces déplacements, tout azimut, ô peuple de touristes ! Et laisser les terres à leurs proprios ! 
_ Non, ça on ne sait pas faire ! Ça, c’est hamesh, tabou ! Jamais les terres des autres, c’est péché ! Ni l’argent des autres, ni les femmes des autres ! Ces trucs là, ne nous attirent pas. On ne pratique pas les jeux interdits ! 
_ La jalousie est un vilain défaut ! Le mensonge aussi ! 
_ Je sais, ce n’est pas cachère ! Fit Sharon. 
_ Un péché capital, Sharon, comme le meurtre programmé, les assassinats, le terrorisme d’état ! 
_ Merci ô ma célèbre puéricultrice de notre cher David Salomon le 60 th ! Rajouta Sharon. 
_ Pas puéricultrice, préceptrice ! 
_ Vous êtes dans les impôts, aussi ? 
_ Merci, de votre témoignage approximatif et votre connaissance approximative de mes fonctions auprès du Prince David Salomon ! La culture, il faut la laisser aux autres départements ! Vous Ariel, maniez seulement les armes, vous n’avez guère de temps à livrer aux délires culturels ! 
_ Israël, c’est la culture des luttes ! 
_ Quand cultivera-t-il la paix ? 
_ La paix c’est une nuisance de l’économie, un frein au progrès et une entrave au bonheur de l’humanité ! Jamais la terre n’a vécu en paix ! Ne soyez pas utopique madame La Student ! 
_ Ça, c’est du pur Sharon, un extrait revisité des meilleurs économistes ! 
_ Dites la vérité, l’histoire des fossiles, de carnassiers 
_ Comme Bush, Sharon et Bil 
_ L’Histoire n’enseigne-t-elle pas que nous vivons dans une nature où la lutte à mort est une solution de continuité permanente ? 
_ Israël n’aime pas les jaloux ! C’est que ça fait un peu exigu, quand même pour un grand peuple biblique qui a tellement d’ambition et que Yahvé a préféré aux autres ! On aime, la paix, la tolérance…On se défend ! 
_ Ça, c’est du pur Sharon, un extrait revisité des meilleurs historiens ! Reprit la studieuse madame Student.
_ Surtout ça, et à nos dépens. ! Cria Arafat ! 
_ Qu’ils nous donnent sans guerre, ni menaces, ce Yahvé nous a dit de leur prendre ! Et vous verrez, qu’on changera de métier, on ne fera que des affaires du commerce, de la joaillerie, la haute couture, la restauration, les médias, le ciné ! Voyez-nous en Amérique, ce qu’on leur apprend à faire ! Au Canada, en France, en Espagne….partout ! 
_ Mais vous étiez « partout » chez vous, dans tous les pays du monde… C’est vous qui préférez depuis des millénaires, émigrer, sinon partir. Errer, et une fois arrivés quelque part, vous vous enkystez dans le radicalisme religieux. 
_ « Le harrag est un animal mal informé, qui pense qu’il deviendra meilleur dans un autre nid que le sien » ! Lâcha à peu de choses près, le chantre Tayeb Saddiki. 
_ Non, c’est le contraire, La diaspora, c’est nous pas les Zmagrias ! La connaissance des autres, c’est Nous ! 
_ Vous vous emmurez dans vos communautés, vous vous marriez entre vous au sein de vos communautés fermées ! Des communautés hermétiques, cimentées comme des clubs maçonniques, radicales et xénophobes comme le klu klu klan ! Ne me parlez pas de la rigueur des autres communautés ! 
_ Et là, je ne te laisse pas aller plus loin…Pourquoi je t’aime, moi ? Tu es bien différente de moi ! 
_ Lâche-moi ! Bas les pattes ! 
_ Ha hna Lalla ! On est coincé entre les peuplades, sauvages, arabes, terroristes, assassines, extrémistes, fanatiques. Comprenez nous un peu ! On a besoin d’un espace vital ! Et ces bougnoules qui puent la richesse et qui pestent le pétrole ! Ils nous agressent et nous narguent ! Il n’y a qu’à les voir avec leurs gros ventres ! 


DIALOGUE DE SOURDS, COMME SUR TERRE 

_ Sharon ! Tu t’es un peu vu ? Ventre de Dieu ! 
_ Anathème, parjure ! Apostat ! Moi, moi, ma main sur le poitrail, je le jure, c’est le Graaas-de ! On ne peut pas comparer ! Ils n’ont jamais tué personne, avec éthique, dans des guerres régulières, ces…. 
_ Ce sont des gens honorables… ! 
_ Des gens ? Ces sémites involués ? Ces Zarabes ! Ils sont nés riches ! Putain d’Abraham ? Qu’est-ce qu’il a fait comme conneries, le pater noster, pour nous laisser, sans héritage aucun, avec ces cocus de bougnoules ! 
_ Vos cousins ! 
_ Les vôtres ! On devrait refaire l’histoire ! Hein madame l’encyclo-pédante ! 
_ Pardon, mon Général ! 
_ Pourquoi pardon ? C’est notre mère, Sarah, qu’il aurait du faire habiter près des sources de pétrole ! Abraham ! Abram ! Ils ne méritent pas, ces sales fils de la noire boniche ! 
_ Pas raciste pour deux sous, le brave saigneur ! Repose en paix vénérable Hajar ! 
_ Merci de vos flatteries, qui ne sont que des louanges méritées à l’endroit de mes valeurs reconnues de chef militaire historique ! 
_ Et là dans les rangs, la Madame et vous le Gros Lard, taisez-vous, un peu ! Vous dérangez Le Bon Dieu et ses anges ! 
_ Ça va, ça va ! Toi, le garde-chiourme, pas d’impudences ! Tu as affaire à un Général ! Un peu de tenue ! 
_ Oui on sait qui tu es, tu vas passer chez le Procurateur ! C’est toi qui a accéléré l’Histoire et avancé la fin du monde d’un million de millénaires ! Au point de nous prendre au dépourvu ! 
_ Haquili, haq awa, âl malaïka ! 
_ Ah bon ! fit la Student étonnée ! 
_ Pas de répliques, dans la foule ! 
_ Dites le aux secousses telluriques ! Lâcha le gros mal élevé de général ! Au point de vous prendre au dépourvu, c’est beau, c’est vous qui savez tout ! Et sur qui on peut compter ? Je vais me plaindre plus haut ! A votre employeur, pardi ! Ce sont des fautes professionnelles ! 
_ Taisez-vous ! 
_ Pas d’impolitesse, messieurs, je suis Sharon, l’Antéchrist ! 
_ Mais ici, monsieur Ariel, on perd son grade, vous êtes égaux ! Pas de privilèges ! Dis le à ton Prince ! 
_ Mamie, ces gens dans la file, ils sont cuminiques, comme des Arabes ! Ils indisposent tonton Sharon ! Il faut les écraser comme le cumin pour que ça dégage des odeurs ! 
_ Ariel, tu vas commencer à gonfler ! 
_ Y a donc de l’espoir ! 
_ Tu sais où l’on est, maintenant ? Ou, dois-je te réveiller ? 
_ Chez, vous, au Palais d’Eté du Prince d’Israël ! Mamie ! Mais qui sont ces gens dont on perçoit les voix ! 
_ Oui, il fait chaud, ça crame, et tu as fondu ! 
_ Ma copine va aimer ! Je suis plus mince, c’est vrai, j’arrive même à voir mes réactions…par transparence !
_ Oui, tu te réveilles d’un long sommeil…D’un coma arabique ! Mais tes basics instincts, ça promet encore ! 
_ Je ne suis pas érotomaniaque...Mais il m’arrive de bander mon arc et de décocher quelques flèches, sans voir d’où ça sort ! 
_ Oh, je ne parle pas de ton truc ! Le bidule doit être totalement incrusté dans la graisse, enfoui quelque part au fond de ta conscience ! Je parle de ton instinct de conservation : c’est là où tu prends ton pied…dans la fange des bains de sang ! 
_ Basta ! Student, qu’est ce que je fais là, perdu dans ce lieu méconnu ? Au milieu de ces foules d’ordures ? 
_ Pardon ! 
_ De ce tas de types dangereux…ces foules impossibles ! 
_ Nous ? Dirent-ils tous en chœur, dans un brouhaha qui déclencha, tel qu’il déclencha une tempête de sable invisible ! 
_ Oui ? Parmi ces inconnus, bref ! Au lieu d’aller à la Knesset donner le compte-rendu de la mort de Arafat ? 
_ Wa ma qatalouhou, wa ma haraqouhou, lakine choubiha lahoum ! Il avoue notez, messieurs ou mesdemoiselles les anges ! 
_ Pourquoi ou ? S’enquit madame Student ! 
_ Parce les anges n’ont pas de sexe ! A lamâalma ! 
_ Pourquoi avoir un sexe, si l’on vit constamment au septième ciel ? Firent, dans un ravissement extatique, général et contagieux, les anges de service, qui sont de faction dans la surveillance de la Place de la Résurrection ! 
_ Wa ma qatalouhou, wa ma salabouhou, bal choubiha lahoum ! Wa ma qatalouhou yaqina ! 
_ Qui a dit ça ? Qui c’est, celui-là, madame Student ? 
_ Moi, je suis l’âme de cheik Yassine ! Je cite pour moi et paraphrase pour vous le Coran ! Je me suis réveillé, entier, jeune et sain ! Saint ! Conscient de mon conflit avec tes roquettes. Je me souviens de ce deuxième jour de printemps, après les prières d’al Fajr ! Ce matin traître du 22 mars 2004, où tu as tué de sang froid, 12 hommes, un vieillard et sa chaise ! 
_ Qu’est ce que 12.000, devant le poids de 120.000 escomptés et des 2 millions planifiés ? 
_ Rien que des humains qui ne peuvent se défendre ! Fragiles comme les poussières que les composent, fragiles comme la terre que tu nous arraches… 
_ Et qui c’est, ce con encore, madame Student ? 
_ Si vous ne reconnaissez pas votre ennemi public Cheikh Yassine, c’est votre ennemi particulier juré, Arafat ? 
_ Arapschitt ? Mon ennemi juré ? Il est fait, Arafat ! Canardé jusqu’aux oranges ! Ara-foutu ! 
_ Et lui, Monsieur Sharon ? Là, derrière le monsieur, très beau, qui a des ailes transparentes et roses sur le dos ! 
_ Lui ? C’est un illusionniste ! Celui-là, il n’est pas vieux ! Il est bon teint, il est bien rasé, il est beau, il ne peut pas être Arabe ! C’est le prophète Joseph 
_ Qui m’a appelé ? Ô gens de mes douze Tribus ? 
_ Ou Moïse ? Il en a de l’allure, dans votre film ! 
_ Aron, mon frère, qui m’a appelé ? Peuple de Judée et de Samarie ! Achetez les photocopies de mes tables des lois ? Relisez la table des dix commandements ! 
_ Moïse ! Garde tes amulettes pour Pharaon ! Si tu t’étais fait la sœur de Pharaon, tu aurais été roi à sa place ! Fit Aron, à son frère, Moïse ! Notre destinée, fils de ma mère, aurait été autre ! Notre Nation aurait supplanté les égyptiens pour toujours ! Au lieu de nous déstabiliser depuis cinq millénaires et nous faire errer dans les déserts et depuis, dans tous les pays du monde ! 
_ Je devine, plus que je ne voies ! Mamie ! Je n’ose répondre de peur que ce rêve ne soit vrai ! C’est vrai que Moïse vend une table de commande pour dix amants ? 
_ Osez, osez Seigneur, votre esclave ne peut que vous assouvir ? 
_ Je devine, plus que je ne voies ! Mamie ! Qui est cette dame, qui me trouble par sa beauté et dont la voix est si charmante et tellement ensorceleuse ? 
_ Une femme dont vous avez tué les parents, les frères, le mari et les fils et qui est devenue une sainte en Galilée…Une, parmi des milliers d’autres, de Gaza, de Sabra, de Chatila ! Elle parle comme ça, en araméen ! La langue que vous aviez de commun avec les Arabes, ya hesra, vos frères circoncis ! Elle a la grâce de Dieu …Elle peut faire des miracles ! Et, c’est vrai, elle est si belle ! 
_ Je lui demande de réaliser un petit miracle pour moi ? Je veux seulement revenir à Tel-Aviv ! 
_ Même dans l’Au-delà vous devez chercher à obtenir le pardon de Dieu ! 
_ Combien il faut Lui payer pour ça ? Madame Student ? 
_ IL a tout et IL ne réclame évidemment rien ! 
_ Attendez ! C’est bien moi, le cochon qui tue les braves et qui refuse de faire la paix et d’appliquer les résolutions de l’ONU ! 
_ Ni celles de Moïse, ni celle de ta grand-mère ! 
_ Oui, c’est vrai, elle est là aussi ! Tous ceux que tu as tués sont là ? 
_ Alors, on est foutus ! Tous foutus ! 
_ Ils attendent le verdict ! Tous les militants que tu as massacrés ! Tous les enfants qui ne faisaient que jouer aux militants… 
_ Les miens aussi sont jeunes ! Ils ne font que jouer aux soldats ! Avec quelques balles, ils ne vont pas rester de plomb ! 
_ Ils ne font que jeter des pierres, quand on les pourchasse ! De simples pierres symboliques ! L’opprobre contre un tyran ! Contre toi, après que tu aies envahi leur Mosquée d’Al Qods ! 
_ Si tu es avec eux ! Donc tu es contre moi ! Une terroriste aussi ! Traîtresse ! Va, coucher ! Va avec tes comparses terroristes ! Je vais te renvoyer du Palais et te rendre à ton foutu arabophile de Chirac ! 
_ Non, je suis juste : je vois et j’écoute ! C’est toi qui as créé le chaos ! 
_ Futilités ! Balivernes ! Je n’ai même pas été là-bas pour prier ! 
_ C’est ça, tu l’avoues enfin, tu as été sur l’esplanade pour les irriter, pour les provoquer ! Tu les a nargués, humiliés ! Tu te souviens du départ, voulu et calculé, des hostilités ? 
_ Avec tous ces rebelles ici, on ne pourra plus prier tranquilles ! Même en enfer, il y a trop d’Arabes ! Les Arabes ont-ils gagné la guerre pour que tu m’assiéges et m’agresses de cette façon-ci ? 
_ Non, personne ne l’a gagnée, finalement ! Tu peux être tranquille. Ça ne se gagne pas une guerre ! Dit madame Student, sur les bords de la colère, tant la mémoire des crimes de Sharon, au lieu de l’indisposer le rassurent et le durcinssent et l’exaltent ! 
_ Les armistices et les victoires servent de ferments et de gageures, de défis aux vaincus pour préparer une vengeance ultérieure ! Ta nation connaît bien la vindicte et s’illustre dans les représailles, ce qui vous semble plaire à votre Dieu Vengeur… Reprit Maidoc qui venait de rejoindre le groupe ! 


UNE LOI QUI NE PARDONNE PAS 

_ Oui Doc, la loi du Talion, fait partie de nos humanités, de notre législation et de notre jurisprudence ! Entonna la Student, emportée par son admiration pour le nouveau venu ! 
_ Qui c’est celui là ? 
_ Mon médecin particulier, le docteur Maidoc ! Souffla avec ferveur Mme Student. 
_ Enchanté ! Fit le Toubib, avec une condescendance commerciale, à l’endroit du généralissime ! 
_ Toi, tais-toi, Mec ! T’es pas vraiment enchanteur, ni enchanté, Mec ! Tu ne dis plus rien où je t’empale vivant, sur une bouteille de Pepsi ! Va poser ton stétho sur un autre con poilu ! Et fout la paix à ma compagne ! 
_ Hé, jaou mourana we chraou el mahale ! Il faut appeler une ambulance pour l’interner, ton spécimen de monstre ! Renchérit Maidoc ! 
_ Il faut appeler un panier à salade, pour l’interroger scalpel sous l’ongle, ton bigleux à la noix ! Répliqua le géant. 
_ Allez, messieurs, calmez-vous, tous les deux ! L’ami de mon ami est mon ami ! 
_ Sekout a Lyahou sgaêe ! 
_ Shilence al Meshlam ! Bientôt tu vas chercher un comme toi et n’en trouveras plus, ledwa ! Ardoise propre, tous les troglodytes sont effacés ! 
_ Quoi, gros raciste, tu professes le nettoyage ethnique des Arabes ! 
_ Qui a parlé d’Arabes ? Soyez mes témoins, lecteurs ! Qui se sent morveux se mouche ! 
_ Et qui c’est les troglodytes ? Hein ? Messieurs les auditeurs ? 
_ Messieurs, la paix ! 
_ C’est ce qu’on veut ! Répond le bon. 
_ C’est ce qu’on ne veut pas ! Répond la brute. 
_ Allons Sharon ! 
_ Mme Student vous qui êtes avisée ? Je ne comprends plus rien ! 
_ C’est l’effet de la tension conjugué au diabète, avec le cholestérol qui dégouline, l’urée, associée et le tout mal traité, ça vous fait tout ça ! Troubles de l’humeur, troubles de personnalité, troubles de la mémoire, troubles dans les troubles….Fit le docte personnage ! 
_ Et ta sœur ! Je me la troublerais bien ! Quel est son numéro portable ? Hurla le gros libidineux, en empoignant son sexe, à la manière de Mikhaïl Jackson sur scène ! 
_ Elle va bien, merci ! 
_ Coucou la compagnie, bienvenus, j’éteins le feu de dessous la marmite et je viens avec le thé ! 
_ Ne te dérange pas sœur Phouzy, il tient à aller voir du côté de Hagog et Magog ! 
_ Toubib de mes deux ! J’ai l’air de te demander quelque chose ? Ou, que tu aurais fouiné dans mon dossier ? Tu ne veux pas devenir palestinien, un petit moment ? Juste pour m’essayer un peu ! 
_ Charmants garçons ! Exotiques tous les deux ! Dit une voix tapie dans l’ombre ! 
_ Pour être là lui aussi, ça se voit qu’il n’a pas su se faire soigner, ton Toubib, Mam ! 
_ Tout comme toi ! Dit une voix sortie de l’ombre ! 
_ C’est le drame de l’humanité ! Limité, extrémiste borné dans tes pensées, mon pauvre Ariel tu ne t’es jamais lavé de tes péchés généalogiques ? Tu n’as jamais rien voulu comprendre ! 
_ C’est un procès, Femme ? Vous diffamez un Homme d’Etat ! Je ne suis pas Milosevic ou Karadzic, ma Nation me protège ! 
_ Je ne fais qu’observer ! N’est ce pas Mondoc ? 
_ Je suis fatigué, très asthénié, d’avoir donné trop de temps aux personnes importantes, comme Sharon, pour rien ! J’écris pour rien, je crie pour rien ! Je suis là, lassé d’essayer de comprendre un monde contradictoire. 
_ Si tu ne comprends rien tu ne peux rien expliquer ! Ni à toi ni aux autres ! Hurla le Gargantua, avec un air méprisant de philosophe allemand du début du 20e siècle, qui s’est trompé d’armée et ne veut pas le reconnaître ! 
_ Allez Mondoc, ressaisis-toi ? Tu nous décourages ! Garde ton optimisme pour les épreuves à venir ! Fit charitablement la dulcinée du chapitre ! 
_ Moi, je ne te connais pas, Doc Machin ! Je ne t’ai jamais vu ! Jamais torturé, jamais pincé aux fesses ! 
_ Voyons ! Soit poli, Ariel, avec mon Médecin ! 
_ Non ! La plus lâche des hypocrisies est la courtoisie ! 
_ Arrête ton char, Sharon ! Mes tirades te connaissent ! Je suis musculairement fatigué, fatigué des yeux et des doigts, à force de t’écrire et de L’implorer contre toi et de L’invoquer face à tes agissements ! 
_ Qui ça ? Comment ? Pourquoi, m’interpeller, pourquoi m’insulter sans me connaître ? 
_ Comme des milliards de gens, je te somme de cesser d’humilier et d’occire ! Pour que cessent tes erreurs et les supplices auxquels tu voues arbres, terres, villes et gens ! L’humanité entière t’a honni ! La création souffre à cause de ton bellicisme ! A commencer par les tiens ! 
_ Mais, ils ne t’ont rien demandé ! Tu es avocat ? A sgaâe el gahs ? Tu es Arabe ! Beurrrr..k? 
_ Ecritures, lettres, satires et pamphlets, invocation des saints et du diable, demeurent sans effet ! On a affaire à un mur !! 
_ Le pauvre écrivaillon ! Va rejoindre Ali Lmrabette dans sa cellule d’hosto ! 
_ Quelle est cette Caricature qui m’appelle ? Je suis là ! Libéré de la faim, fier de ce que j’ai fait, installé dans mon autre patrie, je vous écrirai Demain ! 
_ Que de Rois, que de Princes ont pris de mes idées sans me remercier un seul jour ! Sans se sourciller de ce je deviens ! 
_ Le pauvre est resté ignoré ! Trop tard pour le recommander à mon collègue au Maroc, Si André Assoulay ! Son cas est perdu ! Emporte-le ! Tant qu’il est entier ! Ton Toubib délire, Madame Student, il est désespérant ! 
_ Mais, lui, il sait au moins où il est ! C’est déjà ça ! 
_ Dites d’abord, Madame Student, et cet autre mec, qui c’est ? Pourquoi ce kamikaze raté est-il chez moi ? Nous sommes bien aux jardins du Palais du Prince David ! 
_ Il est comme toi, en train de faire la queue…? Nous ne sommes plus dans nos palais. Hélas ! Ils furent des rois, ils furent des ministres, ils furent la Terre et la Terre a éclaté de chagrin. 
_ Éclatée de chagrin, comme Maidoc, ou, boum badaboum ! Comme Yassinge et Arapshiit ? Ha ha ha ! 
_ Ses semences démentes parcourent l’espace. Dieu n’a pas voulu la ressouder. Elle errera longtemps jusqu’à ce que ses bribes, ses sables, ses roches et ses pierres deviennent des cendres et se transforment en ondes magnétiques et en lumière ! Fit le chœur dont les voix bordées de violons sortaient des haut parleurs invisibles. 
_ Alléluia, fiat lux ! Comment sais-tu tout ça la Prof ? Quand moi, qui suis Le Premier Ministre, je vois à peine ! 
_ Je suis La Prof ! La connaissance, la clarté, la lumière ! Ne vois-tu pas ma gloire, mon aura et mes lauriers ? 
_ Ok, mais dis-moi, pourquoi dois-je faire la queue ? Moi, ici ! 
_ Pour entendre ta sanction ! Toi, le gros balourd ! Même si tu ne crois pas en l’Au-delà, crois-tu que la vie soit éternelle ? 
_ Quoi ! Qui ose vouloir me sanctionner ? Je n’ai peur de personne ! C’est moi qui juge, c’est moi qui purge ! C’est moi qui décide des lieux de sanction, des camps à terrasser, des villages à rayer, des voitures à pilonner et de la politique américaine à suivre…! 
_ Oui, oui, ah oui, tout ça est vrai ! Tout ça fut vrai, Sharon, devrais-je dire ! 
_ Fut ? Il fut, la Grammairienne ? Alors si je rêve, c’est un cauchemar funeste ! Une machination, un sort jeté sur moi, un maléfice arabe ! Je ne reconnais même plus mon corps, c’est trop ! Rendez-moi mon corps ! Je le vois à peine ! Eh l’ombre, cache-toi ! Laisse la lumière Me voir ! 
_ Et la lumière resta muette ! Entonna le choeur, d’une voix caverneuse, qui fit trembler la chair adipeuse de Sharon et racler les os de Arafat et de ceux de milliers de Yassine, qui invisibles, hurlaient comme le vent dans des galeries fantômes. 
_ Hé hé hé ! Nous, non plus ! On voit à peine ? Tu nous caches avec ton ombre, Du Gros ! Couche-toi, ça fera moins épais ! Repris l’écho en ululant à faire frémir de terreur. 
_ Et voilà que cet Arafat de malheur, que j’ai dûment exterminé, que j’ai massacré in extenso, qui continue à me narguer ! Rêve ou cauchemar, je vais t’enfermer dans ton blockhaus et te couper les vivres ! Criminel ! Je vais te découper pour faire des cures dents ! 
_ Hé hé hé ! Tremble carcasse Criminel ! Ton heure est arrivée, je te l’avais, prédit ! Voici la Résurrection, tu iras à la Géhenne ! Même si elle n’existait pas, Dieu Allah devait faire la Jahenname, rien que pour toi ! Gloire au Seigneur ! 
_ Je vais t’interdire les visites de ta femme, l’eau pour tes ablutions et les médicaments de ta tremblote ! Et tu vas voir la Jahenname âla ouednik ! 
_ Lâche-moi un peu, tu ne vois pas que j’ai changé ! Va, faisons une trêve, si tu refuses la paix et pire 
_ Quoi de pire que je n’ai pu tenter de te faire, Arafat ? 
_ Tu ne comprends pas la plaisanterie ! Les oliviers, les colombes, ça ne te dit rien ? Sahbi Sharon ? Fumer, un petit joint ? Shi brima zghira de shit ? Ça ne te dit pas ? 
_ Balivernes ! Mais, je veux bien un cigare ! Un cubain bien moulu de Davidoff, le cousin, de préférence ! 
_ Non, c’est toi qui vas fumer…Et que l’on va humer…Tu as assez pris de graisses pour encenser pendant longtemps ! 
_ Il est interdit de fumer ici ! C’est mauvais pour la santé ! Dit une voix cachée dans les coursives et qui jouait au moralisateur ! 
_ Non, pas d’holocauste, barbares ! Mon peuple a assez donné ! Et puis, il n’y a eu qu’un Holocauste de vrai, tous les autres de sordides imitations, même la Géhenne ! 
_ Apostasie ! Apostasie ! Revenez à Adonaï ! fit la voix pénétrante des hauts parleurs. 
_ Ben alors ! Ne venez pas nous jalouser, même dans la Shoah ! C’est réservé, consacré ! Pas de révisionnisme ! 
_ Ho là, ça va, on n’est pas sur TFJ ou CNN ! 
_ Du Calme répéta la Student. 
_ On plaisante ! Tu boiras avec moi du lait de chamelle et tu mangeras des dates du Hidjaj…! 
_ On plaisante ? Douta le Shah-Rond ! 
_ Ne crains rien, c’est toi qui effrayes les autres ! Rassura Arafat, à l’adresse de Sharon. Lequel, comme vous voyez, a pris la vedette à Mme Student, dans ce chapitre. 
_ Vade retro Satanas ! Tu boiras de tes urines, vieux chnoque, kamikaze pourri ! 
_ Tête de mule, assassin ! Houmar, degré zéro de l’humanité ! 
_ « Retirez ce mot ! Je ne veux pas qu’il figure dans le PV de cette réunion syndicale » fit Dr Taïbi, le Président de l’AMK, avec juste raison. 
_ On n’est pas du même niveau ni la même cuvée ! 
_ Macchabée de malheur ! Corrompu du cervelas ! 
_ C’est ça le langage de la politesse et de la diplomatie, messieurs ? 
_ Boucherie ambulante ! Injuria Arafat 
_ Idem pour toi, et vice versa ! Répliqua Sharon. 
_ Messieurs, la paix ! Ça c’est Student ! 
_ Oui ! Tout de suite, moi, Arafat, je signe ! Je donne aussi des autographes payants, pour aider le Fatah ! 
_ Non, jamais ! Pas avec ce cadavre, qui sent la mort, mort ou vif ! D’ailleurs je vais le torpiller ! Le griller à la Yassine! 
_ Je me sers, avec ou sans sauce ? 
_ La Berezina palestinienne ! Le caniveau d l’histoire ! 
_ Chut ! C’est fini, les zouaves ? 
_ Ça n’amuse plus personne ? Le lecteur risque de lâcher le livre et nous empêcher par son geste de crier ! 
_ Tiens, voici les anges, Ariel, ils vont vous laver ! Tu salies trop la planète et ses alentours ! Les anges n’arrivent plus à respirer, tant que ça pue ! Ils hésitent à descendre, parmi nous 
_ Tout ce que vous allez dire sera utilisé contre vous ! Une plume pour écrire ! 
_ Non ange ! N’arrachez pas vos plumes ! Son compte est clos, pas besoin d’en rajouter ! 
_ Voyons, messieurs ! La paix ! Le bon Dieu a fait les comptes ! On a arrêté les calculs, revu les enregistrements et terminé avec les enquêtes. Plus besoin de continuer à proférer ce qu’il est inutile de sentir. Nous savons ce que les âmes se disent ! La paix messieurs ! 
_ La paix ! Pas de paix sous la menace, ni sous les bombes ! Entonna Arafat. 
_ C’est ça, la paix, malgré les menaces, les bombes et les colonies ! Claironna Sharon ! 
_ Je ne veux rien avoir à faire avec toi ! Je suis un démocrate, je ne parle qu’avec des gens dignes et crédibles, des représentants issus des urnes, pas des hommes des cavernes ? 
_ Ah bon ! Monsieur est un civil, sorti d’une grande école de diplomatie ? Un fossile carré de l’académie de guerre ! 
_ Taisez-vous un peu, respectez cet endroit ! 
_ C’est lui qui… ! Bordel de meuf ! 
_ C’est lui le premier qui a …! Meuf de bordel ! 
_ Non, je suis respectueux de madame Student ! Même si je plaisante, je ne peux pas me permettre d’être grossier. Quoique tu ne m’intimides pas, malgré tes protecteurs et les traîtres qui me lâchent et me condamnent à souffrir tes obsessions de monstre cruel. 
_ C’est de l’arnaque, c’est un piège ! Il n’y a rien à foutre de ce macchabée décomposé. Je l’ai déjà éliminé, devant ses frères et les humiliés à leur tour ! Un milliard de personnes n’ont rien pu faire contre moi ! On ne va pas refaire les jeux à chaque chapitre ! Il est supprimé passons ! Éclata Sharon…. Je me tire… 
_ A bout portant ! Et ne te rates surtout pas ! 

Y A DES JOYEUSETES MEME EN ENFER 

« La scène de ce drame est le monde » Claudel 

_ Selon Voltaire ou Montesquieu, je ne sais plus, la religion est utile pour les métiers et les petites gens ! Afin d’apprendre à son tailleur à être méticuleux, à être fidèle aux rendez-vous et surtout honnête ! L’instrumentalisation de la religion ne dessert pas que les émirs arabes et les évêques romains. Elle a pour but de maintenir sous la coupe de l’espoir et de la peur les peuples ! Les ouailles, les fidèles et les assujettis qui les servent, heureux, disciplinés, tranquilles et serviles leurs maîtres du clergé ! Il y a une autre classe qui adore être servie une fois la paix établie : les militaires ! Surtout les aristocrates du grade, les ennoblis des armes et de la profession ! Je parle de Rome et de l’Angleterre ! 
_ Pourquoi vous énervez-vous ? Je ne vous ai rien reproché ! 
_ Je ne vise personne : ni les renégats, ni les sécessionnistes, ni les séparatistes, ni les sionistes, ni les fanatiques ni les extrémistes ! Encore moins les fans de l’extrême boutisme ! Ni Les Terroristes, ni les hérésiarques, ni les dissidents ni les insurgés ! Je ne vise ni les émeutiers ni les comploteurs, ni les barons anti-subversifs, devenus félons ni les agitateurs ! J’oublie les comploteurs, les séditieux, les suborneurs, les terroristes, les corrompus, les américains et les copulateurs ! Je me fiche des pédophiles, quels que soient leur pays ou leur nature, des antisémites, des racistes, des antibeurs et des voyeurs ! Je pardonne aux chiens androphiles comme aux femmes zoophiles. S’il le faut, aux machistes, aux masochistes et aux fascistes ! A tous les corrupteurs, les décadents, les dépravés, les licencieux, les déliquescents, les libidineux. Le stupre, le lucre, les races de factionnaires dégénérés, les véreux, les prébendiers, les usurpateurs ! Les patrons hurleurs, les exploiteurs, les plagiaires, les pillards, les pirates, les malfrats, les mafieux, les mafiosi ! 
_ Qui a dit ça ? 
_ Les corrompus décadents, les dépravés, les licencieux ! 
_ Mais, où vous placez-vous dans cette vitrine ? 
_ Nulle part, j’ai oublié que j’étais critiquable ! 
_ Inculte, c’est moi qui ai dit ça ! 
_ Va lire avant d’apprendre à écrire ! 
_ Regardez, qui arrive les amis ! 
_ Ntaê Allah ! Chi sadaqa â Allah ! Ntaê Allah we alwalidine ! 
_ Qu’est-ce que c’est ce souk, madame Student ? Pourquoi, je suis ici, dans cette Médina du Moyen-Âge ? On se croirait dans un Mellah, devenu Souiqa, après l’Exode ! 
_ Capotes ! Viagra ! Shampoing, viagra, douze pièces pour le prix d’une boite ! Soignez vos épouses avant de rencontrer Le juge. 
_ Ha el ghassoul, ha el henna, haaa souak ! 
_ Qu’est-ce que c’est ce bazar ? Qu’est-ce que je fais, moi Sharon, dans ce bordel ! J’ai déjà assez de merde « aux culs », avec ces milliers des terroristes qu’il faut aller torpiller jusqu’en en Iraq, pour aider le jeune Bush ! 
_ Purges du Purgatoire, gratuites ! Demandez le menu pour VIP ! 
_ Monsieur, le touriste ! Missié ! Vous voulez une chambre discrète, avec des filles bien consentantes…Monsieur monsieur, des fraîches, des chaudes, bien de chez vous ? 
_ J’ai trop tiré ! Dégagez de ma ligne de mire ! 
_ Khoubiez karem, wala chi sadaqa âla Rebi ! 
_ Jeunesses à peine entamées, harems de rois, culs vêts présidentiels, bonnes occases d’Orient ! Essayez l’ivresse et la passion, avant de payer ! 
_ Oh, je veux bien Mamy ! Chantonna le prince David qui commençait à faire bleuir du menton ! 
_ Ce n’est pas pour toi, mon fils ! C’est affaire de vieux ! 
_ Mamy, je sais comment faire, j’ai vu ça dans un film sur les ânes du Maroc ! Je ne vais pas aller puceau, au Paradis…Les Houris vont se moquer ! 
_ Les Houris sont destinées aux Musulmans qui auront accès au Paradis ! Pigé ? Piaffa maman Student, pour calmer les ardeurs frêles de David, son protégé Juif. 
_ Je suis un fan des islamistes ! Je veux bien des Houris ! Mais j’ai été amputé du zizi par l’explosion ! Sortit un activiste du Hamas qui avait raté sa sortie ! 
_ Ce sera juste pour regarder leurs yeux ! Ça ne repousse pas les zizis, après les explosions monsieur le kamikaze ! Ça t’apprendra à ne pas te laisser manipuler ! Tu auras le Paradis comme promis, mais sans le zizi ! Sortit mme Student. 
_ A yamma âla phalas-tine ! Tahchatelna heta fel akhira ! Qui gère la boîte, ici, les Juifs aussi ? La mondialisation vous a contaminé au ciel, aussi ! Et puis, dites, qui va leur aimer leurs filles, au paradis, quand on sera tous comme ça ! Développa, dépité, le bombimane dézizifié. 
_ Hi hi ! Lança un badaud inconnu, qui traînait une sorte de serpent entre ses deux jambes fourchues ! 
_ T’inquiète pas mon pote ! C’est de l’intox sioniste : ils n’en savent rien ! Ils n’ont pas été là-bas, pour vérifier ! Crois ce qu’on te dit ! Nous seulement ! Sortit Cheikh Yassine qui avait trouvé plus d’aplomb ! 
_ Jeunesses à peine entamées, harems de rois, culs vêts présidentiels…Monsieur Trouduc, un petit cadeau pour vous ! Essayez et payez ensuite ! 
_ Je commence par toi ! Dégage !Vous êtes tous dopés au cul, ici ! Foutez le camp, avec vos pédés de monarques et votre surplus américain ! Lâcha violemment Sharon ! Moi, j suis marié ! 
_ Voyons ! Ariel ! Ce sont des enfants. Ils s’amusent ! Parlez-leur gentiment, avant qu’ils ne vous détestent et ne vous jettent des pierres ! 
_ Pour ça, je suis habitué….Je ne reçois pas des « jets » de fleurs ! 
_ Ni des youyous ! 
_ Demandez nos garçons nickel ! Garantis sains, ados bien rodés, vaccinés, sans contrefaçon ! Demandez nos garçons de première main ! Monsieur Michael Jackson, vous ne pouvez pas dormir seul ! Et vous monsieur le ministre râleur du Mahroc, ne restez pas timoré, prenez ! Deux beaux damoiseaux pour le prix d’un seul ! Prenez monsieur Sharon notre catalogue gratuit, avec photos au naturel et relevés biologiques certifiés par la FDA ! Abonnement de faveur pour familles nombreuses ! 
_ Va-t-en ! Sale gosse du Mellah ! Laissez-nous passer, on ne veut rien acheter ! 
_ Harems d’occasion pour le gros monsieur ! Demandez, on vous fait un bon prix ! 
_ Cirrrrreur ! T’cirez! T’cirez, n’âamasse! T’cirez, nâame a Lalla ! 
_ Joints de kiiiiif ! Les pipettes ! Les pipes ! Trois pipes pour le prix d’une pépite ! Joints de kiiiiif….. 
_ Va, va, fils de pute ! Je n’achète rien ! Je prends quand je veux, tout ce que je veux ! Je suis Sharon ! Vous le voyez pas ! 
_ Monsieur, le gros nouveau touriste ! Je vous connais, moi ! Vous vous ne seriez pas le célèbre Sharon, a Sidi, par hasard ? 
_ Tssiririiii, tssiri ! Déeeeeetail ! Achetez vos cigarettes au détail ? Joints de kif, pipeeeeettes ! 
_ Tu veux mon poing sur photo ? Ouste ! V’faites chiez, à la fin ! On change de place Student ! 
_ Hha reqqa3 legça3iii ! Hha terrab lefrachaaate ! 
_ Tiens le Premier Ministre, si je ne m’abuse ! Hé, Frère Sharon, frère Sharon, dormez-vous ? Vous n’auriez besoin d’un bon lit bien frais…. Je vous fais un très bon prix. Avec cette canicule, il ne ut pas se trouver en France à votre âge ! Alors un petit bed pour vous et votre Dame ? Il fait tout pour vous ? Vous n’aurez pas à bouger ! 
_ D’où es-tu ? De Haïfa, de Tel Aviv ? .De quel Parti ?.Tu votes pour moi ? 
_ Non je shuis natif de Cajablanca, mais j’ai vécu ici, entre NY et Yourshalem ! Après les volcans que vous javez allumés et les tremblements de terre qui se shont vengés de nous, on est revenu ici ! On ne shait pas comment, ni depuis quand, mais, ch’est plus calme qu’en Ishraelestine ! 
_ Hhheinnnnnn ! Ronfla du pharynx le puissant homme ! 
_ Soyez poli, monsieur Ariel ! Cessez de leur répondre et passez votre chemin ! 
_ Ne sont polis que les faibles et les hypocrites ! 
_ Essayez quand même ! Vous n’avez plus rien à perdre ! 
_ Si ! Moi-même, ma personnalité, ma carrière, mon caractère ! On ne peut pas être poli avec ma fonction, ni ma carrure ! 
_ Oullalla, oulala ! Il a dit Caricature ! Qu’est ce que je vois ? Oulala, regardez-moi ça ! Qui se promène, bras dessus bras, dessous ! Se moqua Arafat ! 
_ Et sens dessus, sens dessous ! Monsieur le Président de l’Entité, himself ! Comment avez-vous pu sortir de votre baraquement ? Vous m’échappez pour la quinzième fois ! 
_ Wa goule baz ! Khamsa âla aïinek ! 
_ Sain et sauf ! Attendez, je vais vous finir ! 
_ Et, là, vous aussi, brave madame Hajja Student ! Rajouta Arafat 
_ Ah vous ici, Monsieur Arafat, vous n’êtes pas allé directement au Paradis ? Dommage, vous étiez si sympa ! Je n’oublie pas vos bises chaleureuses dans la Mouqataâa ! 
_ Oui, oui, ma femme me manquait…J’embrassais tout le monde, à tour de bras ! Je pensais que ça allait encore durer ! 
_ Tiens, tiens, c’est le grand Arafat ! Il faut fêter cette rencontre ! 
_ On se retrouve finalement ! Et dire que je n’ai jamais voulu te rencontrer ! 
_ Ha, ha, ha ! Grogna Sharon. Tu as tout laissé, là-bas, au bled ! La jolie femme et le fruit de tes rapines ! 
_ Les Rabins, les Itzhak et les rabines ! Ha haha ! Tous montés ici ! 
_ Et ta petite gosse ? S’enquit Mme Student ! 
_ Elle a appris à jeter les pierres ! Souffla avec moquerie le gros bidon. 
_ Ça va et vous ça va ? Rétorqua le séquestré de Ramallah ! Comment va votre psychiatre ? 
_ Tu as perdu la tremblote, Arafat, mais pas la jugeotte ! Ça va depuis, on dirait ! 
_ Ah oui ! Alors, mon sinistre assassin est arrivé au Grand Souk ! Lui aussi ! On va s’amuser ! Hein ? 
_ Vous ici ? Vous n’avez pas plus peur ? 
_ Non, pas depuis que je suis mort ! Caca, caca, caca ! 
_ Mort ? Les martyrs ne meurent jamais ! 
_ Tu n’est pas mort Arafoot, je t’ai botté le cul, shooté …Liquidé après t’avoir banni…Exilé au Mahroc ! 
_ Ah oui, les formalités ? Le cérémonial pour rendre l’âme, pour venir ici ! Je me souviens ! Mais, pour moi, c’est tout comme ici ! Y a que des amis ! Des sourires et pas de visa ! 
_ Vous tremblez moins Hadj Arafat ! Qui vous a si bien soigné de votre tremblote de mouton ? 
_ Quelle coïncidence ? Attendez, où sont les gardes ? Je dois me méfier, c’est louche ! Moi, je suis vivant ! Je parle ! Je parle, donc je suis ! Vous n’êtes plus aux arrêts ? Je dois sévir, je dois punir les gardiens ! 
_ Ne crains rien, Du Gros, je n’ai ni ceinture de dynamite ni couteau affûté ! Je ne suis pas dangereux ! Mais que faites-vous dans ce quartier de poules ? 
_ Et toi, Arafat, tu vas attraper la peste aviaire ! 
_ Ha ha ha ! Non ! Je me trouve ici ! Sans comprendre ! Je n’ai pas demandé à venir, je n’ai pas où aller, je suis venu, je suis là ! La mort est comme la vie ! Ça vient et ça s’en va, sans nous demander notre avis ! Ce sont les seules entités vraiment libres ! 
_ Bravo pour ces incommensurables banalités ! 
_ Le destin te dis merde, aussi, Sharon, tu mas rencontré, malgré toi ! Bessif ! Mort ou vif, comme tu disais ! Après, j’irais avec les Saints et les autres ! 
_ Où donc ? A la mer Morte ! 
_ Au Paradis ! 
_ Comme moi ? Ne charrie pas ! Tu es un assassin, ça ne se peut pas ! Je vais faire opposition à Yahvé ! Un terroriste, au Paradis ! Un titre de roman ! L’Eden, pour l’éternité, avec Nous ? Ce n’est pas sécuritaire ! Tu rêves, idiotement, comme sur terre ! Va ! 
_ Attend Sharon, où veux-tu que j’aille ? Je n’ai plus de Palestine, tu nous as vidés ! Je n’ai plus de chez-moi ! T’as tout pris ! Tout grillé, toi et ton bûcher de Bush ! 
_ Tu ne te rappelles de rien ? Shar ! J’aurais tout manqué, même ma mort ? Devrais-tu dire après Rostand ! Dites-lui Mme Student ! 
_ Alors, pour monter ici ? Tu as sauté le Mur ou la barrière des espèces ! 

SOUK EL DOULOUMATE 

_ Lafquih ! Lafquih ! Lhaj Abdelmajid ? Lequel de vous défunts maris, vais-je recevoir au Paradis ? Le premier ou le dernier ? Celui du milieu ? Ou les amis qui ont précédés ou accompagnés mes vieux maris ! On n’est pas des bêtes ! Et, ce n’est pas moral de se masturber constamment, pour une vieille fille, pas moche du tout, qui a encore du maintient et qui sait cuisiner ! 
_ Darbou chi fâl ? Darbou chi fâl ? Eh les gens du marché aux ténèbres ! Voyance gratuite pour les sorcières et les ministres ! Votre destin et celui de vos peuples sont entre mes mains ! 
_ Eh, la voyante, quel temps fera-t-il demain ? 
_ Je ne vois que le passé des gens oubliés ! L’avenir est bloqué ! L’avenir est sombre ! Si tu veux un renseignement tu regardes la télé, mon fils, c’est au bout de la place ! 
_ Je ne suis pas ton fils, mais, une vielle fille hélas ! la voyante ! Fit avec aigreur et quelque pointe de cynisme, Mma Student ! 
_ Kouwwwayy ! La place de la Résurrection n’a pas de limites, madame la voyante ! Allez chez Merlin vous recycler ! Quewwwayy ! 
_ Mme Student, on est sur une terrasse de café maure, je présume ! S’enquit Sharon ! 
_ Y a pas de café, mais c’est du marc ! C’est bien mort ! Tout le monde est dans cette immense place, sans repères et sans rues ! Il n’y a que des marchands ambulants ! 
_ Jamaê El Fna ! Fit Maidoc ! 
_ La Place de l’Anéantissement ! Reprit Mma Student. C’est curieux comme ça fait Moyen-Âge, avec tous ces représentants des corporations ! Un monde de bonnimenteurs, où les arracheurs de dents se disputent les clients avec les montreurs de singes. Une place infinie où les marchands, qui font la criée de tout et de n’importe quoi, ne vendent en fait rien ! 
_ Kouwwwayy ! Kouwwwayy elham ! Il n’y a que les parlementaires qu’on ne voit pas ! Toujours absents même le jour de la résurrection et dire que ça se passe chez eux ! 
_ Chassez ces mendiants que mon cœur peine à voir ! Je fais un cauchemar ! Je ne suis pas un soudeur ambulant, dans la vie ! Je n’ai jamais brûlé personne ! C’est atroce de mourir brûlé ! Cria Sharon. 
_ Ce sont les cauchemars des autres que tu voies en ce moment ! Des aperçus rapides du film que tu vivras in extenso après ! Après ton jugement….. 
_ Je ne veux pas être jugé ! Je suis un démocrate normalement élu, je suis innocent de ce vous voulez insinuer, je…je n’ai jamais blessé, ni lésé ou irrité personne ! Je…. 
_ N’taêe Allah ! N’taâe Allaaah, a mardéyine al walidiiine! N’taâe Allah ! C’est le cheikh pulvérisé, le bonhomme paralysé Cheikh Ahmed Yacine, que vient de se payer le génial superviseur, Ariel Sharon ! 
_ Kouwwwayy ! Vous avez un fauteuil à réparer ? Une couverture à réparer …. 
_ Un réparateur de couvertures…? Il tient dans sa main un drôle de haïk troué !! 
_ C’est son enseigne, son logo d’ancien prisonnier, une cacha ! 
_ Qui c’est ? Ce spectre ambulant, c’est le Yassine que j’ai fait volatiliser ? Pas possible ! 
_ Tu ne reconnais pas ton œuvre, Sharon ? C’est l’âme en peine du Cheik Ahmad Yassine, que tu as fait péter….Déjà que ce n’était plus qu’un spectre de son vivant ! 
_ Non, nous sommes tous morts ! 
_ Ahaïii ! Il, il…Il est vivant, encore ! Et il ne bégaie plus ! Comment je fais pour comprendre sa langue ? 
_ Non, nous sommes tous morts ! 
_ Pas question, moi, je suis increvable ! Moi mourir ? Jamais ! Mais mon peuple est faible et sans défenses ! Il va m’envoyer encore des kamikazes dans les bus ! Je vais les réprimer avant leurs représailles ! Fermez les marchés et les boites de nuit …Sécurité max ! Couvre feu, on tire sur tout ce qui bouge, on torpille à vue, toutes les voitures …! Allez sautez ! 
_ Mais, une torpille, ça coûte plus cher qu’une voiture ! Sortit la Student. 
_ C’est l’Amérique qui paie ! Rétorqua le cheikh en blanc ! 
_ Ça, ça dépend de qui est dedans ! Reprit Ariel, le lessiveur ! S’il va me casser un bus plein ? C’est de l’argent qui meurt ! 
_ Beaucoup d’argent ! 
_ Tais-toi quand j’explique ! Beaucoup d’argent ! Rien qu’avec l’assurance-vie, les soins à vie ! Gouverner, c’est prévoir ! Gérer, c’est prévenir ! Protéger, c’est tuer l’ennemi, ou le protéger, avant qu’il ne se tue ! 
_ Allo ! Téléphone à la sécurité ! Répressions avant les représailles ! Plan « pacification absolue ». Allez, machines, action ! Faites exploser Al Qods ! Ils n’auront pas le courage de nous attaquer ! Car c’est oser s’attaquer à l’Amérique ! Nous ne sommes ni blâmables ni condamnables ! 
_ Seulement mon beau Sharon, dit Mme Student, pour se moquer…Et d’être aussitôt coupée par Arafat ! 
_ C’est beau tout ça ici, sauf qu’il n’y a plus de téléphone ! 
_ Et la Terre, par la grâce à Dieu ? Elle est à nous ! Fit Yassine ! 
_ Ça y est, elle est plate ! 
_ Non, elle est ronde ! Je l’ai vue à la télé ! 
_ Non, Cheikh, vous n’avez pas saisi ! La Terre a été mise à plat, elle est vide ! Votre homicide a été la cause d’une guerre atomique terminale…Fit tristement dame Student ! 
_ Il n’y a plus de terror ? Dis Rabin qui commençait à germer du sol ! Je suis le Nobel de la paix ! 
_ Plus personne ! Reprit la sage Mama Student 
_ Elle ne tourne plus ? Dieu ! Firent-t-ils en chœur ! 
_ « Et pur se mueve « ! Dit Galilée, qui passait innocemment par là ! 
_ Un Rottweller, un bel ado de chien-chien, pour vous garder des hommes et égayer vos joies intimes, madame ! Acheteeeeeez mon chien, c’est mieux que vos jouets en plastic ! 
_ Qui sont ces gens, qui braillent et qui vendent des chiens ? Et nous autres, on ne peut pas faire l’affaire madame, soutient Ariel, devant la Student pour la taquiner ! 
_ Hchouma, a « shale gosse du Mellah ! » 
_ Sur terre, on dit que tu ne l’as donné à personne, va ! Mais tu penses, la Student, que ça va se conserver encore ! Est-ce que j’ai gardé moi quelque chose ! Pourtant j’étais, un as ! Fit Saddam qui passait, par là, avec Ben Laden, qui riait en lustrant sa barbe, sans se retourner ! 
_ Qui c’est ces gens, dites, La Rousse ? 
_ Des voleurs de chiens ! Des violeurs de musées ! D’anciens prisonniers politiques, morts sous la torture ! Des militaires qui ont tué pour vivre, des gardes chiourmes qui ont excellé dans leurs exactions sur les détenus d’opinion…Vous voyez, là, plus haut dans leurs tours d’ivoires, des reines, des princesses enchaînées…des princesses déchaînées… 
_ Peu de gens s’inquiètent de leur origine. Ce qui les inspire, c’est ce qu’ils feront avec cette vie à laquelle ils tiennent tous, mais que peu d’entre eux apprécient. Ce qu’ils seront et qu’on fera d’eux à leur mort, ne tourmente que peu d’entre eux, encore ! N’est-ce frère et maître Aymen Zawahiri ? » Leur sortit prophétiquement, Ben Laden, sans se retourner, et en continuant de grimper péniblement le rocher qui leur donnait de l’ombre ! Un bruit intense d’avions et de bombes qui explosent noyait les cris ! Mais ce n’état qu’un bruitage, comme tant d’autres, que l’on entend ici, et qui faisaient une ambiance sonore, quasi réelle, dans ce décor de cauchemar ! 
_ Qui veut acheter des réacteurs nucléaires ? 
_ Mines antipersonnel ! Fin de série, jamais utilisées ! On vous fait un prix ! 
_ Achetez mes prisonniers de guerre ! Anciens prisonniers de Tindouf et de Guantanamo ! 
_ Armées impériales à vendre.... 
_ Combien ? Cria Sharon. Combien ! Est-ce que vous faites crédit ? Avant de rencontrer le regard narquois et dubitatif de Napoléon, qui posait la main droite, ouverte sur son ventre ! 
_ Avions et sous-marins de guerre….à tous les prix …pour les pays pauvres…Entrez en guerre avec vos voisins…Sans gêner votre développement ! Faites entendre votre colère ! Faites-vous une voie dans l’ingérence humanitaire ! 
_ Tiens, tiens, Poutine ! Et voici les Bush, en tête d’une procession, suivis de Aznar et de Tony Blair…! Reconnut Sharon. 
_ Ce sont mes amis, ce sont eux ! Hé, hé, attendez-moi ! Arafat et Yassine ne sont pas morts ! 

LA COUR DES MIRACLES 

« Toute la vie est un songe » Caldéron 

_ Errance, préméditation et manipulations…Où est la liberté où est le destin ? Suis-je coupable ou victime de vos pulsions ! 
_ La visite est finie ! Rentrez dans les rangs ! Fit une voix issue d’on ne sait quels hauts parleurs ! 
_ Qui sont ces hideux zouaves, montés sur des serpents et des monstres en tête des marchands de canons ? Demanda Arafat. 
_ C’est Satan et ses fils de la brigade universelle des démons. Ils sont montés sur les succubes et les incubes. Expliqua la prof Student. Vous allez voir tous les démons de la terre ! N’ayez pas peur ! 
_ Merci ! J’adorais les films d’horreurs et les thrillers de science fiction ! 
_ Et ce rythme, Maidoc ! On dirait un super ciné de Hollywood et de Rio à la fois ! 
_ Fichtre ! Ils ont une superbe sono, ici ! Fit le Prince David Salomon 60 ème, qui revenait au groupe, après avoir retrouvé les échos de son ancêtre de roi, Sidna Soulimane, en compagnie d’une belle brune, royalement vêtue. Elle ne pouvait être que la Reine de Saba, qui est en fait la digne ancêtre du prince Falacha ! 
_ Ecartez-vous, laissez passer, Mme Student, il y a une manif qui avance ! 
_ « Libérez les athées ! Libérez les prisonniers d’opinion ! Ils n’ont pas à croupir en enfer, parce qu’ils n’y croient pas ! ». « Pas de monopole de la parole ! ». « Libérez les athées ! Libérez les prisonniers d’opinion. ! « Pas de monopole de la parole ! ». Scandent et crient en râlant dans leurs porte-voix, les masses de prisonniers libérés des bastilles et autres bagnes ! 
_ Et Bien ! Les droits de l’homme son entrés même dans l’au-delà ! Absents pour Bush et Sharon, voilà qu’on conteste au Bon Dieu sa législation et son exécutif sur sa création ! 
_ On n’a pas dû leur expliquer sérieusement que l’autre monde existe ! 
_ Et que l’Au-delà est une nécessité obligée, qui justifie la vie et la prolonge ! 
_ Une faute professionnelle des prophètes, qui se sont contredits ou que l’on a négligé d’écouter ! 
_ Comme Bush, les menaces d’Al-Qaeda, avant que ne soient opérationnelles ses attaques du 11 Septembre 2001 sur les Twin Towers !! 
_ Me voilà dans mon dernier rôle ! Lança l’ingénue et frêle brunette de Condoleeza Rice qu on venait de parachuter sur les lieux. Mais où est ma robe bleue de stagiaire ? 
_ Elle est restée chez Bush, tâchées par tes humeurs, pour te faire chanter ! 
_ Je vais aller au Sénat pour déposer contre lui, pour le Jugement ! J’espère qu’il y aura quelques noirs dans le jury ! 
_ Il y a des milliards d’esprits qui attendent leur jugement…Reprit la Maja du chapitre. Et là, nous a t-on dit, quelque part, il y a des piaules pour toujours…des box de torture…des machines inquisitoriales importées du moyen âge espagnol, d’autres fabriquées par les conseillers du Pentagone et les industriels de Bush pour les terroristes et les repris d’Al-Qaeda. Pour se détendre, des bassins d’excréments…. divers 
_ Wouâe ! 
_ Des hammams qui vont du guano aux fèces, avec des douches de purin pour les sorties ! C’est selon les mérites et les degrés de sanction ! 
_ Merde ! 
_ A tes souhaits Sharon ! 
_ On va changer de place et de discours, Mamy ! Dit l’innocent Prince David. 
_ Ça devient scatologique ! On va arrêter ces odeurs, quels que soient nos mérites ! Notre pièce de théâtre va embaumer l’atmosphère ! 
_ Qu’est-ce qu’ils foutent ici à brader n’importe quoi ? Il n’y a plus d’argent en enfer ! 
_ Ils se sont recyclés dans le commerce virtuel, sur les limbes de la Géhenne ! 
_ Jaban, jaban ! El haloua chamiya ! Jdida wa tréya ! 
_ Cool krimikat cool, cool ! Cool, tayeb ou harry cool ! 
_ Ha lfegousse, ha lbasla, ha lequaème ! 
_ Limonades Cocasses ! Limonades conasses ! Limonades collasses ! Hallal Cola ? Shalom Cola. Hachich Cola ! 
_ Hé vous ! Cessez de harceler les justiciables ! Passez votre chemin ! Ils n’ont pas d’argent sur eux ! 
_ C’est mon calvaire, mon karma. Mes bouteilles sont vides. Je ne vends rien, non plus ! 
_ Vous ne pensez pas que la holding américaine avait des annexes jusque-là, en enfer ? Ici on travaille aux génériques ! Pas d’alcool non plus ! Il faut aller au Paradis pour trouver du vin potable ! Là, où on n’a jamais plus soif ! Là où farnientent des gens qui ne savent même pas boire ! 
_ Garçon ! Chassez ces parasites du café ! Ils dérangent la vue et harcèlent les clients ! 
_ Qui a demandé du rouge ? Un litre de rouge qui saigne ! Un ! 
_ Bel Laden ou Bush ? Non BelzéBush ! 
_ Belzébuth ou BelzéBush, c’est kif kif, c’est ton tour ! Halouf karmousse ! Faites la queue au lieu d’arracher la vôtre, Walker Bush ! Ça ne repousse pas le zizi, ici ! 
_ Représailles ! Riposte ! Vengeance ! Assassins ! Oui, Gabriel oui Ézéchiel ! Qui dois-je abuser encore ? Sur quelle planète faut-il encore les rôtir ! Représailles ! Riposte ! Vengeance …. ! 
_ Cessez de remuer vos mains sous la soutane, mon père. Un Pape ça doit donner l’exemple à son Eglise, même ici au Purgatoire ! 
_ In nomine patrice et filis et spitu sancti, amen ! Babilla avec peine le Pape voyageur qui cherchait à protéger sa main tremblante du regard fureteur de Arafat, qui continuait d’écouter vaguement le Docteur Maidoc en pensant sortir avec une consultation gratuite ! L’habitude de recevoir est une seconde nature qui laisse ses traces dans l’âme ! 
_ Aymen Zawahiri, à vos ordres maître Ben Laden ! Une fatwa pour les gens qui arrivent ! 
_ Et vous Bel Laden ! Suivez le rang et arrêtez de vrombir comme un avion en perdition ! Sortirent les hauts parleurs invisibles ! Vous avez fait trop de casse avec vos tours, de sorcier de malheur ! Cessez de refaire ce bruit ! 
_ Moi, quelles preuves avez-vous ? 
_ On sait que c’est vous ! Continua la voix invisible et amplifiée à faire trembler les âmes ! On va vous donner les tours à reconstruire, les corps des victimes à réveiller et la civilisation islamique à remettre sur pied, après le naufrage que vous avez causé à celle-ci ! 
_ Moi, moi, qui pensais entrer au Paradis avec mes adeptes et vous aider à punir les mécréants ! 
_ Gros rires des anges qui sortirent en symphonie et en couleurs malgré la pénombre aveuglante ! Votre compte est bon avec le bon Dieu ! Il a donné des ordres sévères pour vous, pour Sharon, pour Bush et pour Hitler ! Vous allez monter deux a deux sur le ring ! 
_Tout de suite ? Je vous fais une fatwa ! Et je paie pour la coupe ! S’il vous plait, un petit renseignement. Quel est l’immeuble le plus haut de l’Au-delà ? 
_ Cessez Ben, vos plaisanteries lubriques ! Dit la voix qui reprit à l’adresse du cochon de Sion : 
_ Et vous aussi Sharon ! Vos victimes sont en réparation ! Elles tardent à se lever de leurs tombes et des fosses communes ! Nos équipes cherchent les parties qui leurs manquent ! Elles vont bientôt venir vous poser des questions ! Vous avez un avocat ou, on vous commet un d’office ? 
_ Tous les prophètes de Sion sont mes avocats ! Ils me défendront comme leur père, même les Dieux de Bush seront avec moi ! Je n’ai pas peur … Je suis Sharon ! 
_ On vous nomme quelqu'un du cabinet Koutla ! Maîtres Youssoufi, Elyazghi, El Fassi ou Ben Barka ! C’est sur qu’ils seront objectifs et neutres ! Ils se neutralisent tellement depuis qu’on les connaît ! 
_ Je suis maladeeuu, excessivement malaaade ! On a raté ma dernière cassette ! Chantonna en petit nègre égyptien le borgne Ayeman Zawahiri 
_ Haïii ! Comme ça je shuis mort, haïii ? Se lamenta, sans son mur, Sharon, en se plaignant à Bush, et en le tapant du pied aux couilles ! 
_ Censure ! Cria le haut parleur ! Pas de coups bas ! 
_ ? Quien me quieres? Yo soy el presidente de Cuba ! Vous, usted, comprar mi cigarillos? Ça brûle lentement pour les interrogatoires et buenas odores, en plous, pour cacher la odor de la sangre ! 
_ D’où qu’il sort le reptile de Marx ? On invite les communistes aussi ? 
_ La censure est morte avec la mort des cerbères ! Fit madame Student, qui se rappelle avoir travaillé avec Amnesty International ! 
_ Arrête de me pousser, espèce de fripouille ! Tu veux m’éteindre et stériliser mon espèce et ma postérité ? A qui je vais laisser mes ranchs, mes puits et mes bénéfices de guerre ? Ma curée, mes Chikhate, ma ghanima, mes chevaux arabes, mes musées pleins de souvenir d’Irak et d’Afreuxnistan et le Dupont que m’a offert Chirac, pour faire la paix avec lui et le réélire en France… ? Mais, surprise je vais faciliter la chose aux socialos…C’est la politique….Regardez les urnes ! Je vais me venger du cherokee de la France ingrate ! 
_ Avant que ça ne boume ! Éclata l’Ours mal famé ! 
_ T’es chiant et con ! Un con qui chie, ça doit être une fistule ! Une faute du concepteur ! 
_ Censure pour Apostasie ! Dernière carte rouge avant l’anéantissement de ton âme, Sharon ! 
_ Capotes usagées, Blair’s condoms, capotes anglaises, treize à la douzaine, avec numéros de tombola et viagra inclus ! Treize à la douzaine ! Achetez mes doigtiers pour vos joies ! Mesdames ! 
_ Fantasmes sur prescription, utilisez nos rêves pour votre idéologie, succès garantis même en politique ! 
_ Combien ! 
_ Que veux tu faire de mes rêves ! 
_ Les revendre à un peuple sans foi ni loi que celles qu’il secrète pour les autres ! Un peuple de tyrans qui oppressent un peuple de martyrs ! 
_ Le Peuple élu de Yahvé, qui massacre chaque jour les enfants des bidonvilles où ils emmurent la race sœur qu’ils détestent ! Beau projet que de changer leurs hobbies et cette idéologie d’arrogance ! Ajouta Maidoc ! 
_ Mutilés de Fellouja, pièces détachées arabes, cendres du brasier iraquien, poussières du chaos palestinien, faites vos emplettes, messieurs, dernier jour du souk ! 
_ Tombola pour les victimes tombée en Orient ! 
_ Fond de commerce à céder d’urgence, pour cause départ : synagogue de Bagdad incendiée par le Mossad !
_ Fin de série sacrifiée à vil prix : mosquée avec vue imprenable de son Imame et de ses prieurs carbonisés par des Marines ! 
_ Fonds et murs à vendre : synagogue de Bagdad, incendiée par le Mossad ! 
_Poussières de mosquées, fumées incandescentes d’attroupements ! Cadavres arabes en flammes ! Pillages et meutes de chiens mangeant les restes ! Images en temps réel pour Cnn ! Otages en phase d’agonie ! Osez notre dernier message de Bil Laden sur vos télés ! Audimat assuré ! Exploitation garantie ! 
_ Location de fosses communes avec gardien pour empereur en mal de nettoyage ethnique ! On fait un prix d’amis, pour les Amirichiens ! 
_ Madame Student je vais vomir ! Pleura Sharon dans l’oreille de son guide ! 
_ Pourquoi ? Assume mon gros ! Tu es pour quelque chose dans la fin du monde et ses rancoeurs ! Sois en heureux et fier ! 
_ Je vais vomir, Mamy ! dit le Prince David ! 
_ Je ne savais pas qu’on allait en arriver là ! C’est révulsant ! dit Sharon, qui s’est étalé par terre, en frottant ses narines du fait des fumés nauséeuses qui lui remontaient à son rhinencéphale de requin ! 
_ Pourquoi ? T’es pas croyant ? 
_ Si ! 
_ La religion n’a pas à être mobilisée par un parti ou un état, se réclamant d’une mission divine octroyée à des élus pour exproprier, voler, brimer ou tuer, au nom du Créateur ! 
_ Mais, j’avais raison de défendre mon pays, mon peuple et leur existence ! Vous n’auriez pas fait la même chose pour défendre Sion ? Assura Sharaon. 
_ Hé gros résidu de pharaon : l’intégrisme mène le plus souvent au terrorisme qu’au Paradis ! Reprit Ma Student ! 
_ Au départ le sionisme avait pour objectif de faire disparaître l’antisémitisme, depuis, il en vit ! Affirma un penseur juif, objecteur de Sharon. 
_ Non, il en meurt ! Sortit Yassine ! 
_ Qui t’a sonné, macchabée de malheur ?! 
_ J’ajouterai que l’antisémitisme est le carburant fondateur et fédérateur de la politique de colonisation sioniste en Palestine ! Précisa Yassine ! 
_ Nous sommes, un état, un peuple, une religion… 
_ Un mur ! Lança Arafat ! 
_ Un enfer ! 
_ C’est juste ! Une idéologie de la Shoah, que l’on retrouve chez le Concepteur de la Géhenne qui l’a promise à ceux qui ne le craignent pas comme Créateur 
_ Je ne crains pas Dieu, car je l’aime ! Et on ne craint pas ceux qu’on aime ! Sortit le Saddiki, résigné face à mort, qui cherchait l’âme de son grand frère Azizi, pour lui indiquer le chemin ! 
_ Vous n’avez pas, en plein monde moderne et laïc, et devant les occidentaux, a fortiori, à vous réclamer d’une volonté divine, ni d’être les tuteurs autorisés de la conscience des gens 
_ Au même titre que la prétention d’ingérence, pour soi-disant assurer les droits de l’homme dans les pays arriérés ! 
_ Ces visions prophétiques ou paternalistes sont étriquées et porteuses de projet unique, de parti pris et d’amalgames ! 


L’AME EST-CE UTILE POUR CERTAINS ? 

_ Ecoutez les déclamations des poètes, écoutez avant de partir leurs dédicaces ! 
_ Hommage au cheval de Jennine, éclaté par un missile qui s’est trompé de civil ! Parce que d’avion, on croyait voir Arafat sourire ! Hommages à l’agonie d’un peuple ! 
_ Aux recrues calcinées, traînées et pendues par morceaux, par d’horribles sauvages ! 
- Ramallah n’est rien, Jennine, un souvenir, l’Afghanistan un oubli, c’est toute la guerre du Vietnam vécu en un an à Karbala et en l’espace d’une semaine à Falluja. La différence, l’indépendance, expression de la vie, ont un prix. Celui de devoir verser son sang contre l’humiliation, la haine et l’arrogance ! 
_ Le génocide d’un million de Rwandais, de Tutsi et de Houtous ! Les millions de juifs holocaustérisés de la Shoah, les millions d’esclaves africains, les millions de militants et de résistants contre les colonialistes…Ce n’est rien ? 
_ Les réunions des rois et de leurs audits, celles des ministres et des présidents, même ceux des sociétés, n’ont rien décidé ! 
_ Défiance, fronde et hostilité ! 
La réunion sabbatique et le repas de cène des gouverneurs, les rapports manuscrits et les recommandations non suivi, l’ostracisme des agents de services et des petits employés 
_ La faim et l’opulence entre le FMI ses programmes, le libéralisme ravageur et la surpopulation, la démographie, l’acculturation, le déracinement, la perte des repères et des habitudes, la paupérisation et l’extrémisme, utilisés par des mafieux, pour tromper les urnes et les peuples ! Non point pour la quête de démocratie, mais aux fins de s’asseoir sur la loi, pour continuer d’exploiter légalement les amoindris qui les ont élevés, élus, croyant agir, les cons, pour défendre leurs droits et leur dignité ! 
_ Les cons, c’est qui 
_ C’est NOUS !!! 
_ Silences messieurs, écoutez les incantations de l’horreur ! Ça provient de haut-parleurs invisibles de la place ! 
_ Aux soldats calcinés par la démocratie américaine ! Aux femmes libérées des pays pauvres qui rempliront leurs urnes de liqueurs et de joies les bordels ! 
_ Aux dictateurs sanguinaires, aux délateurs, aux traîtres, aux tortionnaires, 
_ Aux guerres illégitimes, aux bourbiers des chairs, au règne de la peur pour le bonheur libéral ! 
_ Aux soldats calcinés par la démocratie américaine ! Aux femmes libérées des pays pauvres qui rempliront les urnes des vainqueurs de liqueurs et de joies les bordels de Mésopotamie ! 
_ Numérotez vos bras, vos jambes et vos parties avant d’aller en guerre contre les peuples de valeur ! On fait un tirage au sort, après les explosions : les numéros gagnants remportent une médaille de mérite ! 
_ Représailles, ripostes, vengeances ! Punition collective pour les Arabes ! Allez Sharon, quartier libre ! Pas de quartier ! Brûle et vide ! Moi, Bush, je pompe le reste ! Je refais pour toi les frontières et la carte d’Orient ! Débita Bush ! 
_ Mme Student va lire ses chroniques différées : écoutez-la ! Héla Maidoc ! 
_ L’Insurrection de Bagdad a sonné son chaos. Est-ce que votre sang serait meilleur que le nôtre ? Sortit Saddam de ses lèvres invisibles sous une barbe hirsute ! 
_ Tu es viré, et, tu es viré ! Le degré infini de l’animalité, de la bestialité supplicier, trancher les corps, les brûler encore vifs après les avoir tournés à la télé et fait pleurer les leurs en vue de les faire relâcher quant l’état mis en deal se refuse de céder à toute forme de chantage et exploite les dérives pour devenir plus impérialiste, plus légaliste aux yeux des siens et atrocement plus barbare ! 
_ Alors c’est la répression massive et féroce, l’application, rageuse et aveugle de la politique de la terre brûlée, les brasiers volcaniques au milieu des villes d’où des nuées de fer noires et de fumées âcres se mélangent aux volutes incandescentes des corps de centaines d’humains transformés en gaz et sublimés ! Qui doit être viré de mon pays, s’inquiéta Saddam ? 
_ Alors, Walker le déicide, je décide de te refaire élire ! Promit Sharon ! 
_ Représailles, ripostes, vengeances ! Je veux la peau de tous les chefs arabes, barbus et imberbes ! Tous sont des terroristes et des tyrans de leurs peuples qui viennent s’éclater chez nous ! Représailles, ripostes, vengeances! Annona Bush. 
_ Eh Bush, the game is over! Lâcha le Diable ! Cesse de tirer ma queue, plus rien n’en sortira désormais ! Je vais prendre ton âme, car j’ai gagné mon pari contre Dieu ! Les humains ne valent rien devant le feu ! 
_ Mais je suis loyal moi ! 
_ La loyauté n’est pas inscrite dans mon génome ! Fit Satan 
_ Papa Bush ! Il y a le Diable qui veut tuer mon âme ! Qu’est-ce que je lui dis ! 
_ C’est déjà fait, Junior ! Sortit le père Bush, qui jaillit d’on ne sait où ! 
_ On ne peut plus s’amuser ! Continua Sharon, en faisant une courbette au père Bush ! 
_ Mon Père est parti ? 
_ Tant mieux ! Je me plaignais à toi, comme à Washington ! En m’amusant, comme d’habitude ! Et tu ne voulais pas m’écouter ! Tu es la cause de ma fin ! 
_ Mais les couilles mon vieux, j’en ai besoin, sinon on ne me respectera pas comme Empereur ! Madame va se plaindre ! Elle va encore aller raconter que j’ai une stagiaire juive qui me lessive ! Moi, je n’aime pas les étrangères ! 
_ Facilement imaginable ? Toi tu es raciste, tu n’aimes que les blondassses ! Pas comme Clinton ! 
_ Stop Sharon ! Tu ne laisses plus rien, comme bijoux de la famille à ma femme, avec tes familiarités ! 
_ Eh ya wédi, ya Bush, n’sitini ! Tu ne me reconnais plus ? N’ssiti yamena, N’siti shehal debahna, wa shhal chat âalina ! Tu ne me reconnais plus ? Je suis oublié ? Renié ! 
_ Vachement amaigri, mais c’est toi Sharon ! Que fais-tu de bon ici ? Si loin de ton ranch ? 
_ Hé Junior, j’ai un nouveau contrat pour toi ! 
_ Chiche, un émir riche, plein de pétrole et de bakchich ! Il a déjà menacé Izraelle ou pas ? Combien tu donnes ? Il a un compte dans quelles banques ? L’argent des terroristes, j’ai une loi pour leur enlever ! Combien en tout et où ? Comment sont les droits des femmes chez lui ? Quoi des prisonniers politiques ? 
_ Attends Walker ! Apprend à marcher ! Moins vite mon coco, moi j’ai fait la guerre pas les salons politiques et les ranchs à bestiaux ! 
_ C’est une attaque ? Moi je suis wrapide ! 
_ J’ai encore besoin de toi, chez moi, au Grand Moyen Orient d’Israël ! Tu vas me liquider ces terroristes impurs ! Sinon je dois encore m’en charger ? Les éliminer artisanalement, à la pièce ! 
_ Trop de merde dans la patte ? 
_ Ça me fait trop de bruits et trop de marches, même à Rabat ? Trop de manifs à gérer ! Tu entends, tu voies tes prétendus amis ! 
_ Non, non ! Ce n’est pas pensable ! Eux, Lui ! 
_ Il faut les empêcher de souiller encore notre Paradis Promis ! Fais ton boulot de nettoyage industriel, mon vieux, ou dégage ! 
_ C’est que...C’est la période des élections ! On est bien occupé…Je demande à Madame. I share with my wife… 
_ Alors, tant mieux, j’ai en assez subi de tes singeries ! Je fais monter Kerry pour le nettoyage écologique de la région! Et va sharer ta chérie ! Hi Kerry, come on, comment va ? 
_ Kerrwy, tu rwigoles ? Et moi, oncle Sharon, qu’est-ce que je fais ? 
_ Constitue de jouer avec le zizi de ta Madame ! Eclata Sharon, je vais chercher un autre souteneur, parce que maintenant, ça va merder ! 
_ A bas l’Imperator, vive le Bon Dieu ! 
_ He ho les vengeurs, hé ho les gars de la Société Civile Universelle ! Demandez le programme, meeting et plans des places, les titres des paroles. Bannières et slogans à vendre ! Le programme des manifs. Marcheurs à louer ! He ho les manifestants ne restez pas assis, sans vos droits ! Debout, marchez pour le Droit ! 
_ A bas l’Imperator, vive le Bon Dieu ! 
_ Au secours ! Mme Student, sauvez-nous ! Regardez cette montagne de gens qui roule…Là une autre Des vagues de montagnes, qui avancent et qui vont nous noyer… ! Au secours ! 
_ Ne bougez pas, restez calmes ! Elles se dirigent seulement sur les dictateurs, les tyrans, les tzars et les potentats et leurs acolytes ! Ce sont les tués des guerres, les martyrs des tribunaux, ceux qui ont été trahis, les brûlés et les enterrés dans des fosses communes ! Depuis que le monde est monde ! 
_ Et nous ? 
_ Et moi ? 
_ Préparez-vous Sharon et Bush ! Adieu, je vous quitte ici ! Viens David, viens Maidoc ! On va les laisser choir plus bas ! 
_ Cumul de deuils, fini le temps, parce que finie la vie ! Pourtant la fin du soleil n’est pas la fin de l’univers, car le cosmos continue de s’étendre vers l’infini. Ce même soleil 400 fois plus petit de diamètre que Antarès, est une cellule dans un organisme, un grain de sable pour Celui qui l’a fait ! 
_ Hé les zigotos, moi je ne tiens pas à mourir ! Cracha Sharon ! Nous ne sommes pas pressés de mourir ! Car nous allons nous ennuyer d’attendre trop longtemps avant de réapparaître. 
_ Mais, Ariel tu es mort ! 
_ Comment ? Quelle preuve me donnez-vous, alors que je vous parle ? 
_ Et c’est encore un pari, que je n’aurais pas voulu faire pour toi ? Ariel ! Car qui voudraient parmi les dieux, Adonaï ou Allah de réanimer un peuple de canailles ? Qu’en pensez-vous ma chère Mme Student ? 
_ Doc, vous êtes en train de lâcher une bombe philosophique ! Craignez Dieu vous êtes déjà chez Lui, Maidoc ! 
_ Nous naissons libres et égaux, nous subissons le contraire juste après ! Je n’ai pas à avoir peur de Dieu, parce que c’est Lui que j’aime par dessus tout. 
_ Ambivalences entre les idées induites par la notion de « janazatou rajoul » et celle d’être les produits de l’histoire. Les sujets des actions d’autrui ! 
_ Foutaises le philosophe de la fin des mondes ! Contra Sharon, chaud des enseignements sionistes de BHL et de Fielkenkraut ! 
_ Comparez avec le fait qu’un mot, une rencontre, un simple événement puisse faire basculer le destin d’une personne, d’un groupe, d’une région et cette prétention d’avoir une volonté de dépasser ses propres faiblesses et de vouloir agir sur son propre destin 
_ Oui, moi Ariel Sharon, j’ai agi sur l’évolution de l’histoire, sur l’évolution de l’homme, sur celle du monde, sur mon propre destin et sur l’évolution de l’histoire…. 
_ Et celle de notre espèce ! Consentit Maidoc ! 
_ Tu vas trop vite pour moi, tu es en train de remonter le temps ! Sortit la Student ! Le destin devait être un choix, une liberté d’expression ! Ajouta-t-elle ! 
_ Il faut libérer le cri, car le premier fait de l’homme est de pousser un cri à la naissance ! Le cri c’est la conscience, la présence, l’existence de soi, devant les autres ! Fit Maidoc avant d’ajouter obstinément face à Sharon et au reste de l’assistance :    
_ Un cri, une parole, ne doivent pas être étouffés ! On ne doit pas supprimer le cri. Le cri c’est la vie ! Tu entends Docteur Taïbi ? Dit-il en martelant la table et en rythmant les consonnes du poignet ! 
_ Eyyeh a weld ammi ! Thghiditi bakri ! Nta li goulti, ala dak al assas dial Sidi-Zmar “ Redète bel wil, we wil ma rda biya !” ! Louh lihoum lham dialhoum, hessen men el ihana ! Lâche-leur leur merde et leur humiliation ! Donne l’exemple, si tu aimes qu’on te suive ! 
_ Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant ! Lâcha Bush, noyé dans ses odeurs, dans sa position assise sur le trône, à la manière de la statue de Rodin ! 
_ Non d’un singe ! 
_ C’est un moment de paix, que le monde est en train de goûter ! Piqua Maidoc. 
_ Laissez-le dégager, s’il se constipe, ça ira mal pour vous tous ! Assura le Prince ! 
_ Parce qu’il s’exprime bien plus mal, par la bouche qu du cul ! Fit sentencieusement l’héroïne du livre ! C’est normal, il est Président pas ministre ! 
_ Il est des têtes vitrées, même couronnés, qui sont vides d’esprit. Leur âme n’est pas dedans, dans ce crâne, elle est au pire, chez Dieu ! 
_ L’esprit est entendu autrement que la fonction biochimique et logique du cerveau vivant et autrement qu’un souffle, sans repères physiques. Somme toute, une idée ! Au total une conscience qui est aussi virtuelle que fictive. 
_ Comme chez Bush ! 
_ La conscience physique d’un androïde est plus vraie que la conscience labile d’un humain, habité par un diable, avide d’argent et fanatique de surcroît ! 

OUF !